ONU : une Algérienne interpelle Omar Hilale au sujet du Rif Marocain

Algérie/Maroc – Omar Hilale, Représentant permanent du royaume chérifien à l’Organisation des Nations Unies (ONU), a essuyé une claque en bonne et due forme de la part d’une journaliste algérienne à l’égard des terres occupées du Rif marocain. 

Ces dernières années, les mouvements de protestation populaire se sont succédé sur le territoire marocain. Le plus notable est le « Hirak au Rif » qui a longtemps agité le royaume. Plusieurs mobilisations contestataires se sont alors suivies et traduites par des revendications sociales dans un contexte de grave crise économique. À cet effet, une journaliste algérienne a saisi le Représentant du Maroc à l’ONU, Omar Hilale. 

La correspondante de l’agence d’Algérie presse service (APS) a commencé par rappeler à l’ambassadeur marocain les centaines d’arrestations. En plus des ripostes policières jugées « répressives et coléreuses » par beaucoup. Sur lesquels a débouché le mouvement populaire du Rif. Une intervention qui a valu quelques sueurs froides à Omar Hilale qui s’est montré particulièrement silencieux, plausiblement soucieux de ne pas jeter plus d’huile sur le feu. 

« Il y a le mouvement de l’indépendance du Rif qui prend de l’ampleur quotidiennement. Il a des appels multiples pour sensibiliser la communauté internationale, il y a aussi des parties des terres rifaines occupées. Des commentaires faites-vous ? ». Il s’agit là en effet de la question qu’a formulée la journaliste algérienne à l’attention du Représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies. 

Contestation sociale au Maroc : la réponse latente d’Omar Hilale !

La journaliste a donc demandé l’avis du diplomate onusien tout en mettant en exergue les nombreuses récentes exhortations. Celles auxquelles procèdent les militants au sein du mouvement de l’indépendance du Rif dans un seul et unique but. Celui de dénoncer les dérapages qui tachent leurs droits à l’expression et leur liberté d’opinion. Omar Hilale a alors mis du temps pour répondre à ce coup de massue. 

Qui plus est, il est intervenu à quelques jours des élections législatives au Maroc. Le responsable marocain a commencé son droit de réponse par souligner que le royaume chérifien est avant tout fondé sur la démocratie. Il favorise, a-t-il claironné, l’émergence d’une société ouverte et équitable qui offre à l’ensemble de sa population l’accès à la justice ainsi que les droits humains, contrairement à ce qui est souvent indiqué.

« Au Maroc il y a une démocratie. Tous ceux qui ont une opinion différente de celle du gouvernement peuvent s’exprimer librement sans pour autant qu’ils soient attaqués ou emprisonnés ». C’est ce qu’a répondu l’ambassadeur marocain aux Nations unies, sur un ton péremptoire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes