17.9 C
Alger
17.9 C
Alger
jeudi, 13 juin 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureAlgérie : l’interdiction du burkini dans certains hôtels refait polémique

Algérie : l’interdiction du burkini dans certains hôtels refait polémique

Publié le

- Publicité -

Algérie – N’étant pas interdit par la loi, le burkini est pourtant visé par une partie de la société qui prône son interdiction au sein des hôtels et complexes balnéaires. Ce maillot de bain féminin « islamique » est, une nouvelle fois, à l’origine d’une polémique quant à son port dans les établissements touristiques. 

La polémique autour de l’interdiction du port du burkini dans les plages ou les hôtels métropolitains a visiblement atteint les rivages de l’Algérie. Si pour certains algériens tout espace de passage et de rassemblement est à l’usage de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion, il n’en est pas ainsi pour d’autres. De l’avis de cette deuxième catégorie, quelques lieux doivent être préservés des revendications religieuses. 

Et c’est le cas actuellement de nombreux établissements hôteliers algériens. Ils sont plusieurs à bannir le maillot de bain, entièrement couvert, de leurs piscines ou même de leurs salles de sport. Certains maîtres des lieux n’hésitent parfois pas à exprimer leur aversion envers le burkini qu’ils considèrent comme étant « archaïque ». Pour d’autres, il ne s’agit aucunement d’un débat sur les préceptes de l’Islam. 

- Publicité -

Ils justifient son interdiction par des considérations de salubrité. Cette tenue de natation adaptée à la pudeur religieuse est, selon eux, loin d’être conforme aux règles d’hygiène. Ils s’interrogent alors de plus en plus sur son impact bactériologique. C’est ce que relate le quotidien généraliste arabophone Echorouk. Cette information que nous reprenons pour vous ici, ce 29 août 2021, paraît dans son édition d’aujourd’hui. 

Interdiction de baignade pour les femmes voilées : des militantes pro-burkini s’indignent 

La marginalisation des femmes vêtues du burkini n’est pas récente en Algérie. Pourtant, cette nouvelle a provoqué un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Des célébrités et des citoyens lambdas se disent outrés d’une telle restriction. A fortiori, quand celle-ci est imposée dans un pays dont la majorité de la population est musulmane, soulignent beaucoup.

« Cette interdiction est d’une extrême injustice. N’ai-je pas le droit de profiter des vacances dans mon propre pays ? ». Il s’agit là du coup de gueule qu’a poussé l’influenceuse algérienne Noor. La jeune femme va même jusqu’à décrire l’interdiction du port du burkini comme étant une atteinte aux droits et libertés que la Constitution algérienne garantit.

- Publicité -

La célèbre instagrameuse n’est en fait pas la seule à pointer du doigt les hôtels qui s’opposent à la baignade en maillot de bain intégral. La propriétaire du célèbre blog The A Family Dz a elle aussi haussé le ton. Haba de son prénom a récemment interpellé les hautes autorités de l’État avec un hashtag (#) qui veut dire « Belle avec mon Burkini ».

Une phrase militante qui a rencontré un succès d’usage immédiat. Le mot-dièse est même le plus utilisé ces derniers jours sur la plateforme Instagram. Hommes et femmes, ils sont plusieurs à y recourir. Ils appellent, au passage, au boycott des structures hôtelières adoptant cette politique de gestion, à l’instar de Nina Beauty. « Je ne veux plus avoir affaire avec ces hôtels ». C’est ainsi que la jeune influenceuse de mode a tenu à montrer sa solidarité. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -