AccueilPolitiqueGéopolitiqueTrump - Joe Biden : Quel impact de l’élection américaine sur l’Algérie...

Trump – Joe Biden : Quel impact de l’élection américaine sur l’Algérie ?

Algérie/USA – L’élection américaine de 2020, opposant l’actuel président républicain, Donald Trump, à son adversaire, le candidat démocrate Joe Biden, aurait-elle un impact sur l’Algérie ? Voici ce que disent les experts.

Notre pays est le 3e plus grand partenaire des États unis d’Amérique dans la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Dans le cas d’un revirement de la politique étrangère américaine, après l’élection présidentielle qui déterminera le prochain occupant du Bureau Ovale, l’impact sur l’Algérie serait observable. Dans un article paru dans son édition de ce 31 octobre, le quotidien national El Watan s’y intéresse. Ainsi, il rapporte les avis des spécialistes sur cette question.

Une partie des experts avance, par ailleurs, la faiblesse de l’impact sur la politique étrangère US. Ils affirment que l’élection qui conduira Biden à la Maison Blanche, ou reconduira Trump, aurait une incidence assez insignifiante en la matière. Selon ce point de vue, aucune révolution n’attend l’orientation générale des relations internationales de l’Oncle Sam. Cette lecture fait état de conceptions géopolitiques, du président sortant et du candidat républicain, divergentes dans la forme uniquement. Sans nulle démarcation dans le fond.

Les USA, le pétrole iranien et l’Algérie

Si l’on suit cette logique, l’Algérie ne se verra pas impactée par lesdites élections présidentielles. Celles de la première puissance mondiale en l’occurrence. Où vivent 30.000 ressortissants algériens. Cependant, l’économie algérienne dépend intimement des prix du baril. Ce qui est préoccupant, vu que « les cours du pétrole réagiraient à une élection de Joe Biden. Et à un Congrès divisé ».

La raison en est que « toute normalisation des relations américano-iraniennes pourrait apporter des barils supplémentaires […] sur le marché ». Des barils produits donc en République islamique. Telle tournure des évènements est susceptible de « peser sur les cours ». Ceux-ci risquent de ce fait de s’amoindrir davantage. Cela en raison d’une offre iranienne grandissante. C’est ce qu’écrit, ce samedi, le média de la presse écrite. Ce dernier cite un certain nombre d’analystes.

Le multilatéralisme, l’outil géostratégique parfait pour notre pays

À l’inverse, « la réglementation américaine sur le pétrole de schiste n’aurait pas d’impact significatif sur les cours à court terme ». En outre, les relations américaines avec la Chine devraient demeurer encore tendues. L’apaisement que souhaite Joe Biden avec Pékin ne mettrait pas un terme définitif aux profonds désaccords. Les deux géants se livrent une guerre politico-économique farouche.

Dans ce cadre chargé d’hostilités de part et d’autre, l’Algérie n’aurait qu’à poursuivre sa devise, en matière de relations internationales. Les rapports sino-américains pris dans un tourbillon de tensions économiques et géopolitiques épargneront notre nation. Mais à condition que celle-ci reste attachée au multilatéralisme. Il s’agit d’un principe institué lors du congrès de la Soummam.

L’Algérie se trouve dans l’obligation de toujours faire preuve d’impartialité d’ordre économique. La multiplication des partenaires empêcherait de dépendre de telle ou telle partie. On parle ici de dépendance à l’un des grands acteurs de la scène internationale. À savoir les États-Unis, la Chine, la Russie et la France. L’équilibre subtil consiste alors à ne pas intensifier ses échanges et coopérations avec une puissance en particulier.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes