Passeport Algérien pour les sans-papiers en France : un député interpelle les autorités

France – Le député de l’émigration, Abdelouahab Yagoubi, s’exprime au sujet des sans-papiers qui sont privés du passeport algérien et appelle les autorités à réagir.

En effet, le député de l’émigration et membre de la commission des affaires étrangères de l’assemblée nationale, Abdelouahab Yagoubi en l’occurrence, s’est exprimé à travers une publication au sujet de la privation des sans-papiers qui se trouvent en France de leur passeport algérien et autres documents.

Dans le détail, via sa page Facebook officielle, Yagoubi a indiqué qu’il a rencontré une bande d’Algériens. Ces derniers qui vivent clandestinement sur le sol français. Il a précisé dans son texte que toutes ces personnes ont quitté leur pays pour de multiples raisons et sous des conditions très difficiles.

De ce fait, il a révélé que ces individus souffrent du fait qu’ils sont privés de leurs pièces d’identité algérienne. Cela, sous prétexte de leur situation irrégulière. Cependant, les autres migrants qui se trouvent dans la même situation ne se font pas saisir, eux, leurs documents. Bien au contraire, ils peuvent facilement obtenir leurs passeports sans régularisation, a-t-il précisé.

Sans-papiers en France : les Algériens sont privés de leurs droits 

De plus, le même porte-parole a ajouté que ces sans-papiers algériens sont, dans ce cas, privés de leurs droits les plus fondamentaux. Par exemple, ouvrir un compte bancaire sur lequel ils peuvent percevoir leurs salaires. Ou même la signature d’un quelconque contrat, comme celui de mariage de garantie.

Par conséquent, de telles conditions poussent ces citoyens algériens. Ceux qui sont présents en France d’une façon clandestine, à se mettre en retrait. Mais aussi, à être exploités par certains qui peuvent en tirer profit de leur situation. Il est à noter que même en conditions irrégulières, il leur arrive à ces personnes de travailler. Certains employeurs font même abstraction de leur état administratif.

Au final, le député a indiqué qu’il a déjà interpellé les autorités compétentes pour essayer de trouver des solutions. De plus, il a précisé que : « nous espérons obtenir une issue à cette situation qui n’a aucun fondement législatif ou juridique explicite ». Le déroulement des évènements sera sûrement partagé par le même membre parlementaire dans les prochains jours.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes