AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantÉducation Algérie : « Un salaire minimum de 75.000 dinars », suggère...

Éducation Algérie : « Un salaire minimum de 75.000 dinars », suggère un syndicat

Algérie – La question de la baisse du pouvoir d’achat et de la revalorisation du salaire minimum des enseignants vient d’être à nouveau soulevée par le secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs de l’éducation (FNTE). 

Affectés par la crise économique et financière que connaît le pays, des professeurs, rejoints par le personnel de l’administration centrale et technique, se mobilisent actuellement pour faire entendre leur voix, à la veille de l’achèvement scolaire 2020/2021. Parmi les revendications figurent la hausse du salaire minimum des enseignants en Algérie. 

Depuis des semaines, le secteur de l’éducation nationale bat le pavé dans toutes les villes du pays. Par un froid glacial qui déferle devant les académies nationales, les grévistes soulignent la nécessité criante de l’augmentation du pouvoir d’achat. Avec un salaire mensuel qui ne leur permet plus de joindre les deux bouts à la fin d’un mois, les enseignants en ont plein le dos. Ils laissent alors exploser leur colère. 

Pleinement conscient de l’ampleur et de la complexité des problèmes auxquels sont confrontés ces cadres de la fonction publique; le gouvernement algérien a promis une stratégie d’ensemble. Mais sans pour autant réussir à convaincre. Toutefois, le premier responsable du secteur de l’éducation ne baisse pas les bras. 

Tant s’en faut. Mohamed Ouadjaout est déterminé à poursuivre le dialogue avec les représentants des syndicats. Ils y abordent aussi bien les revendications éducatives que socio-professionnelles. Des réunions se tiennent en effet actuellement en vue d’une solution adéquate. 

Algérie : Une éventuelle hausse du salaire minimum des enseignants en 2021 ? 

Le SG de la FNTE s’est exprimé en marge de la réunion tenue, ce 16 mai 2021, par le ministre de l’Éducation nationale. Ferhat Chabekh en l’occurrence a réitéré la nécessité urgente d’un réajustement salarial. L’intervenant a annoncé une potentielle enveloppe de 75.000 dinars pour la revalorisation des enseignants.

« Avec la forte augmentation du prix de certains produits alimentaires, il n’est plus possible pour un enseignant de nouer les deux bouts du mois. Les syndicats ont donc émis une proposition commune au ministre de l’Éducation ». C’est ce qu’a déclaré Ferhat Chabekh au micro de Dzair News.

À cela, le cadre de la centrale syndicale et les autres représentants jugent le salaire minimum d’un éducateur « Très défectueux ». « À vrai dire, nous avons expliqué à monsieur Ouadjaout qu’il n’est plus concevable que les enseignants touchent quelque 32.000 dinars. Leur rémunération doit être élevée à 75.000 », explique-t-il en outre. 

Selon les syndicats nationaux une augmentation salariale pourrait rendre plus attractive un métier largement dévalorisé et laissé pour compte à leurs yeux. Les enseignants, quant à eux, continuent de se faire entendre. Ils tentent d’alerter les pouvoirs publics sur cette crise qui touche le secteur de l’éducation. Mais certains ont déjà repris leurs postes depuis quelques jours. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes