15.9 C
Alger
15.9 C
Alger
samedi, 20 avril 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantEnseignants : « Un salaire pour l’éducation et un autre pour l’enseignement...

Enseignants : « Un salaire pour l’éducation et un autre pour l’enseignement », suggère Allal

Publié le

- Publicité -

Algérie – Aux yeux du journaliste Mohamed Allal, le gouvernement doit consacrer un salaire pour l’éducation et un autre pour l’enseignement qu’offrent les enseignants des trois cycles (primaire, moyen et secondaire). Voici son argumentaire.  

Pour montrer leur colère et faire remonter leurs réclamations et revendications, des instituteurs algériens ont décidé de quitter les classes, garder les blouses blanches et défiler devant les fenêtres des directions de l’éducation. Alors que le mouvement grandit de jour en jour, le journaliste Allal estime que les enseignants en Algérie doivent percevoir « un salaire pour l’enseignement et un autre pour l’éducation ». 

C’est donc sur le plateau Sra Ma Sra que le débat autour des revalorisations salariales a été ravivé une nouvelle fois. Mohamed Allal qui voit les choses sous cet angle précis a tenu à expliquer sa vision des choses, ce mercredi 28 avril 2021. De l’avis du journaliste d’El Khabar, « le salaire le plus bas que doit encaisser chaque enseignant au primaire ou au lycée est de dix (10) millions de dinars ». 

- Publicité -

Cela puisque « les instituteurs sont attachés au ministère de l’Éducation et l’Enseignement », explique-t-il tout en mettant en exergue les deux mots linguistiques qui forment l’appellation du ministère en question. « Le gouvernement leur paye pour l’enseignement tout en reléguant les efforts qu’ils déploient dans l’éducation à l’oubliette », signale-t-il. 

L’enseignement en Algérie : Défi personnel et professionnel ? Ce que dit Allal

À en juger ses propos, enseigner n’est pas éduquer. Si l’enseignement se limite à l’instruction et le transfert des savoirs-faire, l’éducation est un challenge de grande taille qui enseigne le savoir-être, peut-on déduire de ses dires. Dans son métier, « l’enseignant développe des efforts psychologiques. Une fois chez lui, il lui arrive de ne pas pouvoir parler avec sa femme et ses propres enfants », illustre Allal. 

« Il est difficile de gérer une classe de 40 ou 50 petits apprenants, surtout au primaire. C’est pour cette raison qu’il faut que chaque enseignant empoche un salaire pour l’éducation. Il lui faut également un autre spécialement pour l’enseignement », pense-t-il. En tout, le journaliste dresse le portrait d’un enseignant qui peine à trouver un moment pour lui dans un monde professionnel assez chargé. 

- Publicité -

Un éducateur qui, malgré tout cela, encaisse un salaire qui stagne depuis des lustres. Allal tient donc à mettre la lumière sur toutes les tensions auxquelles fait face l’instituteur sur la sphère professionnelle, mais aussi celle personnelle. Le but étant, semble-t-il, de dire, qu’enseigner englobe d’autres missions comme celle d’éduquer et instruire.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -