L’Algérie ferme ses frontières aux avions militaires français après les déclarations de Macron

Algérie – À la suite des déclarations du président français Emmanuel Macron, l’Algérie ferme ses frontières aux avions militaires français. Nous vous exposons les détails, dans cette édition du 03 octobre 2021. 

Les propos du président Emmanuel Macron sur l’Algérie ont plongé les relations franco-algériennes dans une crise d’une ampleur inédite. Les tensions montent encore d’un cran entre les deux pays. Nouvelle étape franchie, l’Algérie ferme ses frontières aériennes aux avions français qui opèrent dans le cadre de la mission « Barkhane » pour rejoindre le nord du Mali. 

Effectivement, les relations entre l’Algérie et la France n’ont jamais connu une telle dégradation. Les décisions se succèdent et les choses ne font qu’empirer. Cela survient suite à la réduction des visas du côté français. Ensuite, c’est les propos du président français. Estimant que l’Algérie s’est construite sur « une rente mémorielle », entretenue par « le système politico-militaire ». 

La réponse de l’État algérien ? Interdiction de survoler son territoire aux avions militaires français. Une information confirmée ce dimanche 03 octobre par le quotidien français Le Figaro. Citant notamment des responsables militaires français.

Ces derniers ont découvert la nouvelle ce dimanche en déposant les plans de vol. Ils se sont vite rendus compte que les autorisations de survol n’ont pas été accordées. C’est ce que rapporte le journal français.

Relations Algérie-France : des tensions dans l’air 

Alors que les rafales françaises avaient pour habitude d’emprunter l’itinéraire traversant l’espace algérien pour se rendre au Mali. Ils devront désormais changer leur plan. Une décision totalement inédite. Cela constitue une véritable épine dans le pied pour l’armée française, lit-on dans les médias français. Cela met fin à un accord qui aura duré 4 ans. 

Les relations entre Paris et Alger sont tendues à cause donc des propos tenus par Macron devant les descendants de différents intervenants dans la guerre d’Algérie. Au lendemain de ces dires, l’ambassadeur algérien en France à d’ailleurs immédiatement été « rappelé pour consultation ». L’État algérien a expliqué cette décision par son « rejet catégorique » des déclarations attribuées au président français.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes