France : Gérald Darmanin s’exprime sur la réduction des visas pour les Algériens

France – Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est revenu sur les mesures de réduction des octrois de visas aux ressortissants du Maghreb, notamment algériens. Nous vous rapportons toutes ses déclarations dans notre édition du vendredi 1er octobre 2021. 

Annoncée ce mardi par son porte-parole, le gouvernement français a décidé de procéder à une mesure drastique. Cela à l’égard des trois pays du Maghreb. Ceux rechignant à accueillir leurs ressortissants en situation irrégulière. Une décision qui vise à restreindre l’asile et l’immigration. Gérald Darmanin a tenu à apporter un éclairage nouveau quant à la réduction du nombre de visas accordés par la France aux Algériens et ses deux voisins.

La question du durcissement des conditions d’obtention des visas envers les trois derniers cités est un sujet brûlant. Et à laquelle a été interrogé le ministre de l’Intérieur du gouvernement Castex plus d’une fois, ce jeudi, lors d’une séance parlementaire. Gérald Darmanin a ainsi défendu cette mesure. Il l’a donc expliquée par la volonté de forcer l’Algérie, le Maroc et la Tunisie à délivrer les laissez-passer consulaires. 

Des documents, faut-il le rappeler, nécessaires au retour des immigrés. Ceux refoulés de l’Hexagone. « Ces décisions sont bien sûr progressives. Elles sont réversibles. Le jour où la Tunisie, le Maroc et l’Algérie reviennent à des relations normales de laissez-passer consulaires, nous reviendrons à une relation, si j’ose dire normale, avec ces trois pays du Maghreb pour lesquels nous avons amitié ». C’est ce qu’a en outre souligné Darmanin.

Réduction du nombre de visas pour les citoyens du Maghreb : l’annonce passe mal auprès du gouvernement algérien 

L’envoyé spécial chargé de la cause Sahara Occidental et des pays du Maghreb Arabe du gouvernement algérien s’est exprimé sur la toute récente décision de la France. Celle de durcir les conditions de délivrance de visas aux ressortissants algériens. Peu après les aveux faits par le porte-parole français, Amar Belani s’est alors dit indigné de ce qu’il considère comme étant « une décision disproportionnée ».

Il a donc déploré ce durcissement d’octroi de visas aux ressortissants maghrébins le qualifiant notamment de « particulièrement inopportun ». « Dans la forme, cette décision est malencontreuse. Elle intervient à la veille du déplacement d’une délégation algérienne à Paris. Cela dans le but de déterminer le mode opératoire le plus satisfaisant en vue de renforcer la coopération dans le domaine de la gestion de l’immigration irrégulière ». 

Il s’agit là de ce qu’a expliqué l’ancien porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères et ambassadeur à Bruxelles. Amar Belani s’est manifesté auprès de l’APS. Il sied de rappeler que la France a décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés pour l’Algérie et le Maroc. Tandis que ceux accordés à la Tunisie diminueront de 30 %. C’est du moins l’information qu’a réitérée Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes