Algérie : les 102 accusés dans l’affaire Djamel Bensmail comparaissent devant le juge

Justice – Près d’un an après le drame qui a secoué l’Algérie, les 102 accusés impliqués dans l’affaire Djamel Bensmail devront enfin comparaître devant le juge. Retrouvez plus de détails à ce sujet dans les prochaines lignes de cet article.

Ce mardi 19 juillet 2022, le procès des 102 suspects dans l’affaire Djamel Bensmail s’est ouvert devant le juge, au tribunal criminel de première instance de Dar El Beïda en Algérie. Cette nouvelle a en effet été relatée par plusieurs médias algériens, à l’image du site Dz News.

Selon le site d’informations susvisé, les auteurs de meurtre du jeune algérien font face à de lourdes accusations. Pour rappel, Djamel Bensmail a trouvé la mort brûlé, le 11 août 2021, à Larbaâ Nath Iraten, commune située dans la wilaya de Tizi-Ouzou. La liste des délits est donc longue.

Ils sont d’une part poursuivis pour avoir créé un air d’insécurité par des agressions morales et physiques des personnes, en mettant en danger leur vie, leur sécurité et en endommageant leurs biens. Sans compter le crime de meurtre avec préméditation. En plus de l’agression dont le but est de compromettre l’unité et l’intégrité du territoire national.

Les accusés seront en outre jugés pour un crime de complot, des agressions dont le but est le sabotage dans un ou plusieurs domaines. En plus du crime de torture et d’incitation aux actes de barbarie et le délit de rassemblement armé. Ce n’est pas tout, la liste comprend encore plein d’autres éléments.

Meurtre de Djamel Bensmail en Algérie : les accusés font face à plusieurs graves accusations 

Outre le délit d’agression violente contre les hommes de la force publique dans l’exercice de leur fonction, les suspects sont aussi poursuivis pour sabotage des biens d’autrui. Les inculpations concernent le délit de discrimination. En plus du discours de haine et violence. 

S’ajoute à la liste, le délit de constitution, d’établissement, d’organisation et de gestion d’un groupe ou d’une organisation. Celui lié à l’exécution d’actes terroristes et subversifs. Les accusations dans l’affaire Djamel Bensmail portent, en sus, sur l’engagement et la participation à des associations ou des organisations. Ou encore des groupements dont l’objet ou les activités relèvent de l’article 87 bis du Code pénal.

Par ailleurs, les détenus seront aussi jugés pour le crime de mettre délibérément le feu à des champs cultivés entraînant la mort de personnes. En plus du délit de recevoir des fonds de l’étranger dans le cadre d’un groupement ou d’une organisation. Et cela, en vue d’exécuter un plan orchestré qui porte atteinte à l’unité et à l’intégrité du territoire national, à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Quid du procès des 102 suspects impliqués dans l’affaire ?

Il convient de noter également que les accusations sont encore nombreuses. Soit notamment le délit de production et d’affichage pour la diffusion d’enregistrements contenant des formes d’expression particulières. Celles-ci conduisent aux crimes stipulés dans la loi sur la prévention et la lutte contre la discrimination et le discours haineux.

Il est aussi question du crime de meurtre intentionnel ainsi que le délit de profanation et de mutilation d’un cadavre. Enfin, pour le dernier point, le média susvisé a indiqué le délit de gestion et de création d’un site Internet. Celui-ci est dédié à la promotion de programmes, d’idées et d’actualités. En plus de dessins ou d’images qui inciteraient à la discrimination et à la haine dans la société.

Pour conclure, il est à souligner que le verdict final ne sera pas prononcé aujourd’hui. Cela, puisqu’aux dernières nouvelles, le tribunal criminel chargé de l’affaire a décidé de reporter le procès des 102 suspects impliquées. Soit jusqu’ à la prochaine session. Il s’agit là de ce que précise le quotidien arabophone El Bilad.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes