AccueilGuide VoyagesAlgérie - Ouverture des frontières : Benouari réclame des réponses claires

Algérie – Ouverture des frontières : Benouari réclame des réponses claires

Algérie – Alors que les questions autour de l’ouverture des frontières s’intensifient, plusieurs voix se sont élevées ces dernières semaines, revendiquant la levée de la suspension de circulation de et vers l’Algérie.

Cela va sans dire que le retard d’ouverture des frontières de l’Algérie; en inquiètent plus d’un. Le flou à ce sujet est toujours d’actualité et ce depuis leur fermeture à la mi-mars 2020. Cela dit, certaines spéculations ont circulé ici et là, indiquant une éventuelle reprise du trafic aérien le 12 septembre prochain; une information démenti par les représentants d’Air Algérie.

Face à cela, plusieurs appels ont été lancés demandant aux pouvoirs publiques d’autoriser l’ouverture des frontières de l’Algérie. Et c’est le cas de l’ex-ministre du Trésor, Ali Benouari qui s’est adressé, ce 03 septembre via un communiqué publié sur son compte Facebook, à la Commission Scientifique en charge du suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus en Algérie. Ainsi, Benouari a demandé au Comité de fournir des réponses claires aux Algériens à propos de cette question.

L’ex-membre du Gouvernement a spécifié que « le Comité ne s’est pas montré très favorable à l’ouverture des frontières du pays »; en citant les propos du docteur Mohamed Bekkat Berkani, membre de ladite Commission. « S’exprimant sur le sujet ce mercredi 02 septembre, Berkani a laissé entendre que le moment n’est pas encore venu pour cette mesure »; lit-on dans le communiqué de Benouari.

« Les Algériens ont le droit de savoir », déclare Benouari

Mentionnant un autre passage du docteur Berkani, où ce dernier « a rappelé qu’en Algérie, les premières contaminations au Coronavirus ont été des cas importés; précisant que le Gouvernement observe la situation pour pouvoir éventuellement prendre la décision d’ouvrir les frontières; avec probablement des préalables sanitaires »; l’ex-représentant du Budget en Algérie poursuit, en posant trois (03) questions claires au président de l’Ordre des médecins.

  • Existe-t-il un seul pays, en dehors de la Chine, où le virus n’a pas été importé ? Pourquoi, dès lors, vouloir chercher à nous singulariser ?
  • « Observer la situation »,  c’est bien, mais pendant combien de temps ? Sachant que plus le temps passe, plus les effets du confinement se révéleront plus dommageables pour l’économie et la société que le Coronavirus lui-même. Je pense, bien sûr, à sa mortalité, qui est partout très faible.
  • Enfin, sur les préalables sanitaires qui conditionnent l’ouverture des frontières, le Conseil Scientifique n’est-il pas le mieux qualifié que les politiques pour définir ces préalables ?

Selon l’ancien ministre, « les Algériens ont le droit de savoir, sinon la fermeture des frontières revêtirait un sens purement politique. Il n’est quand même pas anodin d’imposer, pour une durée indéterminée; une sorte d’ISTN [Interdiction de sortie du territoire national, ndlr]; à toute la population et une sorte de bannissement aux Algériens vivant à l’étranger »; s’est-il demandé. « Nous serions bien inspirés de prendre exemple sur le pragmatisme tunisien. »; a conclu Benouari.

https://www.facebook.com/a.benouari/posts/10223580134674471

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici