« Ne parle pas à la France au nom de l’Algérie », un journaliste tacle Erdoğan

Algérie – Le journaliste algérien, Hassan Moali, tacle le président turc, Erdoğan, et lui demande de se mêler des affaires de son pays et de ne surtout pas parler au nom de l’Algérie à la France.

En effet, c’est sur le plateau de l’émission Sra ma Sra, diffusée sur la chaîne Lina TV, que le journaliste Hassan Moali a exprimé son opinion vis-à-vis du président turc, Recep Tayyip Erdoğan, et il lui a même adressé un message très clair en lui demandant de ne pas se mêler des conflits entre la France et l’Algérie.

D’un air révolté, Hassan Moali n’a pas hésité à tacler ouvertement le président turc, sur le plateau d’une émission télévisée. Le journaliste déclare : « Tu n’as pas à parler à la France au nom de l’Algérie ». Ainsi, il estime qu’Erdoğan n’a pas à se mêler de ce qui se passe en Algérie. Mais qu’il devrait plutôt se soucier de son pays.

Cela s’est passé suite au fait que le président Recep Tayyip Erdoğan s’en est pris au président français, Emmanuel Macron, en évoquant le passé colonial de la France avec l’Algérie. Un sujet très sensible entre les deux pays, qui a notamment fait l’actualité algérienne et française ces dernières semaines.

Erdoğan tacle Marcon à propos de la guerre d’Algérie

Ce n’est plus un secret pour personne, les tensions entre les deux présidents, turc et français, sont bien là, et ils ne cessent de le prouver à chaque occasion qui se présente. Tout a commencé quand Emmanuel Macron est revenu sur le dossier de la Libye lors d’une visioconférence. Où, ce dernier a exprimé son souhait de voir les troupes turques quitter la Libye.

Une réflexion qui a, en effet, déplu au président turc, à un tel point qu’il n’a pas hésité à rétorquer aussi vite. Tout d’abord, Erdoğan s’est exprimé sur la situation de son pays avec la Libye, et de l’accord de coopération militaire entre les deux gouvernements. Mais, il ne s’est pas arrêté là.

Toutefois, le président semblait tellement révolté qu’il ne pouvait pas en finir de la sorte. Ainsi, pour appuyer son argument, il est revenu sur le passé colonial de la France. Car, selon les propos du président turc, la France n’est pas en bonne position pour donner des conseils à la Turquie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes