Algérie : « Il faut apprendre à vivre avec le Coronavirus», selon Berkani

Algérie – Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus estime que les Algériens doivent reprendre leur vie normale. À ce stade, « apprendre à vivre avec le virus » est devenu nécessaire.

Au cours d’un entretien accordé au quotidien généraliste Liberté, le Dr Mohamed Bekkat Berkani a rassuré l’ensemble de la citoyenneté que la situation épidémiologique (Coronavirus) en Algérie ne suscite pas d’inquiétude, en la qualifiant de « pas si gravissime ».

Le membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus indique par ailleurs, dans cet entretien, que le virus continue à circuler, c’est pour cette raison que « nous devons donc apprendre à vivre avec », a-t-il ajouté.

D’après ses dires; il est grand temps de revenir à la vie normale après une cohabitation avec le virus qui a duré six mois vu que le vaccin ne sera disponible qu’après quelques mois; et ce; en tenant à respecter les mesures de prévention et les gestes barrières pour se prémunir d’une éventuelle infection par ledit virus mortel.

Bekkat Berkani : La décision de déconfinement « est plus que nécessaire »

Alors que la date du 15 août approche; la préparation de l’après confinement est sur toutes les lèvres des Algériens qui l’attendent impatiemment. Interrogé sur cette décision; le président de l’ordre national des médecins a estimé que cette dernière a été prise « par rapport à un calendrier préétabli ». 

Pour le spécialiste; le nombre des contaminations est stable et la possibilité d’une deuxième vague est à écarter catégoriquement. Ce déconfinement graduel que l’Algérie a opté pour; permet de « contrôler au mieux l’augmentation du nombre de cas par jour »; a-t-il affirmé au journal. 

De l’avis de l’interlocuteur; la nécessité de reprendre la vie normale est aussi important sur le volet économique que sociale. « C’est tout un pan de l’économie qui est à l’arrêt »; a-t-il déclaré. La reprise universitaire et la réouverture progressive des lieux de détente obéissent; selon lui; à des protocoles sanitaires strictes et c’est aux walis de réagir et prendre les dispositions, si nécessaire. 

Une responsabilité qui, pas seulement sur le dos des autorités responsables mais aussi ceux des citoyens qui doivent respecter à la lettre les gestes barrières. À cet égard, le docteur rappelle que « le port du masque réduit considérablement le risque de contamination ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes