AlgérieNation

L’Algérie enclenche sa procédure de récupération des capitaux détournés

0
Algérie récupére argent
S'abonner :

Algérie – L’État Algérien se préparerait à lancer une bataille judiciaire internationale en vue de récupérer les capitaux détournés illégalement et transférés vers l’étranger.

L’Algérie a du pain sur la planche. En effet, les autorités algériennes se disent prêtes à engager les procédures nécessaires pour récupérer les capitaux détournés et transférés à l’international et attendent que le Conseil Judiciaire national se prononce sur la décision définitive concernant les diverses affaires de corruption impliquant bon nombre de ministres et d’hommes d’affaires, dans le but de rapatrier ces sommes pillés et thésaurisés à l’étranger, a indiqué le média arabophone El Bilad

À cet égard, des délégations judiciaires internationales seront envoyé dans divers pays, après que les révélations des enquêtes engagées depuis quelques semaines ont confirmé que les fonds détournés frauduleusement à l’étranger sont capitalisés dans certaines de leurs banques bien identifiées, a souligné la même source.

Il est utile de souligner néanmoins que la récupération des fonds pillés et transférés vers des comptes européens n’est pas une affaire simple, selon l’Ambassadeur de l’Union Européenne en Algérie, John O’Rourke qui a expliqué le 12 février dernier que cette opération serait « extrêmement difficile » tant pour l’Algérie que pour les États membres de l’Union européenne (UE).

L’Algérie invoque les pays signataires des accords judiciaires internationaux

Conformément aux dispositions de la convention anti-corruption de l’ONU mise en circulation depuis 2003, ainsi qu’à la loi 06/03 relative à la lutte contre la corruption, l’Algérie est légalement pourvue de demander une correspondance judiciaire étrangère à tout pays où il a été prouvé que les fonds pillés sont accumulés sur leur territoire, a expliqué l’ancien juge Khemissi Athmania au quotidien El Bilad.

« L’État Algérien est en mesure d’activer les accords de coopération judiciaire signés avec certains pays, bénéficiant de la correspondance qui pourrait aider à saisir provisoirement les biens en question jusqu’à la prononciation du jugement définitif », a signalé le juge Athmania.

Le trésor public a été dévasté par des chiffres vertigineux, selon les révélations du procès concernant les deux affaires liées au dossier de montage automobile et le financement de la campagne électorale du cinquième mandat du président déchu Abdelaziz Bouteflika. Des pertes colossales estimées à 12.800 milliards de centimes, en plus d’un montant s’élevant à 2.344 milliards de centimes dérobé par les accusés.

Le ministre de la Justice s’est d’ailleurs exprimé en déclarant qu’actuellement l’Algérie est en mesure de récupérer les fonds transférés illégalement à l’étranger, précisant que le pouvoir judiciaire est déterminé à éradiquer et à lutter contre toutes formes de corruption en appliquant strictement la loi de manière « transparente et indépendante », toujours selon le quotidien arabophone.

Article recommandé :  Algérie : Plus de 10 milliards de dollars de prêts bancaires non remboursés

Algérie : Libération de Nour El Houdda Oggadi et 3 autres détenus

Article précédent

Taux de change : L’Euro face au Dinar sur le marché noir Algérien

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires