Une journaliste démissionne de la radio et dénonce la censure et les pressions

Une journaliste de la radio nationale Alger Chaîne 3 a décidé de quitter son poste car elle subit des pressions.

Linda Hamed, journaliste de la radio publique Alger Chaîne 3 a décidé de déposer sa démission du poste de présentatrice en invoquant la clause de conscience qui stipule que le journaliste a le droit de se retirer si son travail va à l’encontre de ses convictions.

« L’objectivité a disparu […] Arriver maintenant à ce qu’ils nous dictent ce qu’on doit dire, ce n’est plus possible. On n’a jamais vécu une telle situation. Ça fait 30 ans que j’exerce et je n’ai jamais vécu une telle période ». s’est-elle indigné .

Linda Hamed dit n’avoir aucun remord suite à la décision qu’elle a prise; même si elle s’attend à des sanctions de la part de sa direction suite à sa décision.

Les journalistes algériens s’insurgent contre “la censure”

Depuis l’installation de Nazim Aziri à la tête de la Chaîne 3; les journalistes la station francophone de la radio nationale ont commencé à subir les foudres du nouveau directeur. Deux journalistes; en l’occurrence Fatima Charef et Nahla Bekralas ont été sanctionnées pour avoir traité des sujets d’actualité, notamment ceux qui parlent sur le Hirak.

Par ailleurs, de nombreux journalistes à l’instar de Naima Loualiche, Hicham Bougouffa ou encore Kada Benamar ont dénoncé sur les réseaux sociaux les « pressions » et les mesures qui vont à l’encontre de « la liberté de la presse » en Algérie.

Notons également que plus de 150 journalistes algériens ont lancé la semaine passée un cri de détresse à l’attention de l’opinions publique, en guise de protestation contre la répression et l’arbitraire et pour les libertés.

https://www.facebook.com/JournalistesAlgeriensUnis/photos/a.116294829824616/116294809824618/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes