18.9 C
Alger
18.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : L'évasion fiscale représente « 1200 milliards depuis l'indépendance »

Algérie : L’évasion fiscale représente « 1200 milliards depuis l’indépendance »

Publié le

- Publicité -

Algérie – Des députés ont appelé le ministère des Finances à recouvrir les 1200 milliards de centimes, qui représentent le montant de l’évasion fiscale depuis l’indépendance du pays, rapporte Echorouk.

En effet, le député et membre du comité des finances et du budget de l’Assemblée Nationale (APN), El Houari Tigharsi, a adressée au ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, une requête relative au volume et au taux de l’évasion fiscale en Algérie, qui représente selon lui, 12 milliards de dinars (soit 1.200 milliards de centimes) depuis près de 60 ans, a indiqué le quotidien arabophone Echorouk dans son édition du 1er Mars.

A cet égard, le député Tigharsi a demandé au ministère des Finances de révéler les chiffres réels du pourcentage de recouvrement des impôts et du taux d’évasion fiscale enregistré ces trois dernières années (2017 – 2018 – 2019). Sous-estimant, dans le même contexte, le système fiscale utilisé sur les commerçants, précise la même source.

- Publicité -

« Il est évident que les commerçant se tournent vers l’évasion fiscale au vu du nombre important de taxes imposés à leur insu », a fait savoir le député qui considère qu’il serait plus adéquat d’aller vers une seule et unique taxe comprenant toutes les taxes des commerçants. « Cela augmentera le taux de collecte des impôts par le gouvernement et réduira le fardeau fiscal des commerçants et de tout autre citoyen », a fait remarquer Tigharsi.

Selon les estimations des membres de la commission des finances et du budget de l’Assemblée Nationale, le chiffre de l’évasion fiscal s’élevant aujourd’hui à 12 milliards de dinars depuis l’indépendance pourrait résoudre la crise financière en Algérie si ce montant colossal venait à être récupéré, souligne la même source.

Vers la hausse du taux de recouvrement fiscal ?

À ce propos, lors de la présentation du plan d’action du gouvernement en Février 2020 devant les membres de l’APN, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad s’était prononcé sur les futurs dispositifs de financement adoptés pour les projets gouvernementaux, précisant que parmi ces derniers figurent l’augmentation du pourcentage de recouvrement des impôts, et le rétablissement des fonds stagnant sur le marché noir.

- Publicité -

Rappelons dans ce sens, que le nouvel exécutif a décidé de durcir les sanctions contre les fraudeurs fiscaux  et contre la corruption et toutes formes de fraudes financières tant dans le secteur public que privé, en l’inscrivant dans le processus de la réforme fiscale et cela en renforçant le contrôle interne de l’administration fiscale et douanière. De son côté, le président Abdelmadjid Tebboune a décidé de « criminaliser l’évasion fiscale », en érigeant le non-paiement des impôts au rang de « crime économique ».

De plus, le Directeur Général des Impôts (DGI), Kamel Aissani, avait annoncé le 19 janvier dernier que le préjudice pécuniaire porté aux caisses de l’État à cause de l’évasion fiscale durant les deux dernières décennies était estimé à 40 milliards de dollars. Ainsi, le gouvernement compte recouvrir 6.200 milliards de dinars en 2020 contre 5.200 milliards en 2019.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -