Algérie : la dette du Mouloudia (MCA) a atteint 120 milliards

Foot – En proie à de grosses difficultés financières, le doyen des clubs de football algériens, le Mouloudia Club d’Alger (MCA) tente par tous les moyens de désamorcer sa lourde crise de la dette et sortir la tête de l’eau. Nous vous en apprenons davantage, ce 09 août 2021. 

La crise sanitaire liée au SARS-CoV-2, qui a débuté en Chine en 2019 puis a rapidement touché le pays dès le début de l’année 2020, a eu des répercussions désastreuses sur plusieurs secteurs. Et le sport n’a pas été épargné. La discipline sportive la plus touchée par ce phénomène mondial a été plus particulièrement le monde du football. La preuve en est la dette du Mouloudia Club d’Alger (MCA) qui dépasse les 100 milliards de centimes. 

Le Doyen est dans un marasme financier effroyable et sans précédent. Une situation qui n’échappe à personne, et qui a même été exposée par Amar Brahmia, le président du club, à maintes reprises. « La dette s’élève, actuellement, à 120 milliards de centimes ». C’est en effet ce qu’a réaffirmé le patron algérois. Il s’est exprimé sur les ondes de la Radio nationale Chaîne 3, à l’occasion du centenaire de la création de l’écurie mouloudéenne. 

Les raisons de cette situation financière très préoccupante sont bien connues de tous. Soit de grosses masses salariales, avec des salaires galactiques et la plupart du temps pas en adéquation avec les performances des joueurs. Sans parler des dépenses de transferts colossales souvent surpayés et la crise sanitaire qui est venue aggraver le tout. Une conjoncture délicate qui n’augure rien de bon pour la suite. 

Comment le MC Alger s’organise pour sortir de la tourmente financière ?

Nul doute que la fin de saison ratée des Vert et Rouge, aussi bien sur le plan sportif que financier, risque de rabattre les cartes en interne pour la saison prochaine. Chaque journée de Ligue 1 Mobilis apporte son lot de mauvaises nouvelles pour le MCA qui se retrouve, à l’heure actuelle, criblé de dettes. Il est l’un des clubs qui souffrent le plus de la crise sanitaire et économique. Et les conséquences s’annoncent terribles pour l’ensemble de son effectif. 

Sous l’impulsion du Conseil de direction du Mouloudia, Amar Brahmia a décidé de se tourner vers une nouvelle stratégie. Il estime qu’elle est la seule qui puisse restructurer la dette nette de 120 milliards de centimes, permettant ainsi de respirer un peu. Le président entend parvenir à un accord de principe avec les joueurs pour une baisse salariale. Les salaires seront plafonnés à 150 millions de centimes par mois à défaut de de 200. 

Cette mesure représente une bouffée d’oxygène pour le club algérois. Reste à savoir maintenant si la troupe de Nabil Neghiz acceptera de baisser son émolument. À cet ajustement salarial s’ajoute la vente de quelques éléments, qui reste le principal objectif pour compenser le manque budgétaire

D’autant plus que les dirigeants algérois n’escomptent pas s’offrir de nouvelles recrues. Ils misent tout sur leurs jeunes talents en vue de solidifier leurs assises défensive et offensive. C’est du moins ce qu’a stipulé l’ancien sprinteur algérien et désormais nouveau patron du Doyen, Amar Brahmia. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes