22.9 C
Alger
22.9 C
Alger
jeudi, 23 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieÉnergieAlgérie : La consommation locale des hydrocarbures dépasse les 40%

Algérie : La consommation locale des hydrocarbures dépasse les 40%

Publié le

- Publicité -

Algérie – La consommation locale des hydrocarbures maintient sa tendance haussière enregistrée depuis des années en atteignant les 40% en 2019.

Des chiffes alarmants ont révélé la hausse du niveau de consommation locale s’élevant à 2.3% par rapport à 2018. En effet, pas moins de 40% de la production locale des hydrocarbures a été consommé par la demande nationale en 2019, a rapporté le quotidien arabophone El Khabar.

Préoccupée par le déséquilibre entre l’offre et la demande de produits énergétiques, Sonatrach prévoit une augmentation significative de la consommation nationale à l’horizon 2030. L’exportation du gaz Algérien a relevé de son côté une baisse notable (- 30%), particulièrement en gaz naturel. Une régression due à la faible demande des pays européens et à l’ultime concurrence à laquelle est confrontée Sonatrach à l’international, a indiqué la même source.

- Publicité -

Soulignons par ailleurs que les revenus provenant des exportations d’hydrocarbures sont en baisse continue depuis 5 ans, faisant ainsi chuter la fiscalité pétrolière à 2.667 milliards de dinars en 2019 et impactant négativement sur la situation économique et financière du pays. Un échec dû aux politiques énergétiques visant à contrôler la consommation intérieure des énergies, indique la même source.

La nouvelle loi des hydrocarbures peut-elle arranger la situation ?

La société nationale des hydrocarbures appuie la nécessité d’accélérer l’adoption des travaux liés à la nouvelle loi sur les hydrocarbures, ayant pour but de reconsidérer les accords de partenariat avec les étrangers, selon les sources d’El Khabar.

Après de longs débats politiques soutenus par les cadres de la société, ladite loi a encaissé de sévères critiques à la fin de l’année dernière au Parlement, alors que Sonatrach estime que c’est l’unique moyen de valoriser les réserves algériennes d’hydrocarbures et d’assurer sa sécurité énergétique à long terme.

- Publicité -

Pour rappel, le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab avait tiré la sonnette d’alarme en Octobre dernier, expliquant devant l’Assemblée Nationale que « plus de 50% des réserves initiales d’hydrocarbures étaient épuisées », en raison de la hausse de la consommation locale et de l’exportation.

Par ailleurs, Arkab avait défendu l’importance d’adopter la loi des hydrocarbures précisant que ces circonstances risquent d’entraîner le pays vers « un déficit structurel à l’horizon 2025-2030 entre l’offre et la demande sur le marché national ».

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -