Énergie

Algérie : Une transition énergétique avec 16.000 mégawatts (horizon 2035)

0
transition énergétique algérie
S'abonner :

Algérie – Le gouvernement prévoit une transition énergétique en augmentant la production des énergies renouvelables à 16.000 mégawatts d’ici 2035.

Le premier ministre, Abdelaziz Djerad a fait savoir, lors de son discours à Hassi Messaoud (Ouargla) ce 24 février que l’Algérie a mis en place une stratégie de transition énergétique visant à produire 4.000 mégawatts et 16.000 mégawatts à l’horizon 2024 et 2035 respectivement, a rapporté l’Agence de presse APS.

En effet, à l’occasion de la cérémonie du double anniversaire de nationalisation des hydrocarbures (1971) et de création de l’UGTA (1956), Djerad a insisté sur l’urgence d’encourager le développement des petites et moyennes entreprises (PME) spécialisées dans la fabrication des composantes des énergies renouvelables, permettant par la même occasion d’économiser pas moins de 240 milliards de mètre cube en gaz naturel.

Selon le premier ministre, il est essentiel d’appuyer encore l’industrie pétrochimique afin de redresser la production nationale d’hydrocarbures, et arriver à l’autosuffisance de la demande locale en dérivés pétroliers et se projeter vers l’exportation sur les marchés étrangers.

Vers une autosuffisance énergétique pour l’Algérie ?

« Se défaire de la dépendance aux hydrocarbures et aller vers les énergies renouvelables n’est plus un choix pour le gouvernement, mais une nécessité indispensable, en raison de l’instabilité des cours du pétrole. », a précisé Abdelaziz Djerad.

Lors des même festivités, le PDG de la société nationale des hydrocarbures Sonatrach, Toufik Hakkar a indiqué que la célébration de cet anniversaire se tient sous le slogan de « la nationalisation des hydrocarbures à la sécurisation des ressources énergétiques en Algérie ». 

Hakkar explique à égard, que Sonatrach devrait s’initier à « la veille stratégique » en vue de renforcer la sécurité énergétique de l’Algérie à long terme. La réalisation d’une transition énergétique sûre requiert l’utilisation de l’expérience cumulée durant la période de nationalisation des hydrocarbures afin d’améliorer la production des ressources énergétiques, a-t-il avancé.

Le PDG de Sonatrach a profité en outre de la cérémonie pour réitérer son engagement visant à acquérir « les principaux enjeux de la compagnie », notamment le développement des ressources humaines, l’extension de la recherche et de l’exploration sur tout le territoire national.

Selon Hakkar, la nouvelle loi sur les hydrocarbures, garantit un cadre légal et organisationnel stable. Cette dernière permet de projeter Sonatrach à des niveaux rentables ouvrant l’accès au renouvellement des réserves pétrolières et gazières tout en contribuant au développement des projets manufacturiers. 

Article recommandé :  Algérie : La consommation locale des hydrocarbures dépasse les 40%

L’Algérie exportera l’essence à partir de 2021 et le diesel dès 2024

Article précédent

Visa Ukraine pour les étudiants Algériens : Ce qu’il faut savoir en 2020

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires