Devise Algérie

Taux de change en Algérie : Un Euro atteindra 250 Dinars dans ce cas

3
algérie taux change euro
S'abonner :

Algérie – L’économiste et expert Abderrahmane Aya a fourni une lecture économique du niveau du taux de change en Algérie, et en particulier l’euro face au dinar algérien, dans la période à venir. Celle-ci comprend deux hypothèses liées à la situation sanitaire ; et à la propagation du coronavirus.

Dans un entretien téléphonique accordé au quotidien arabophone Echorouk, l’expert en économie, Abderrahmane Aya s’est exprimé. Il a ainsi dévoilé sa vision quant au taux de change des devises en Algérie, et particulièrement l’évolution de l’euro devant le dinar. L’orateur a souligné, dans le cadre de son exposé paru ce mardi, la présence d’un ensemble d’éléments déterminants. Selon les mêmes propos, ces derniers sont capables d’emmener le taux de change de l’euro à des niveaux « gigantesques ». Ceci dans le cadre d’une première hypothèse.

L’interlocuteur affirme que l’ouverture des frontières terrestres, aériennes et maritimes peut bel et bien porter le prix d’un euro à 250 dinars. Surtout en l’absence des sommes que les émigrés injectaient sur le marché, à l’occasion des vacances d’été. Ce serait ainsi, de l’avis du professeur d’économie à l’Université de Tiaret. Il explique alors que les taux de change du dinar en devises, en particulier l’euro, pourraient augmenter sans précédent prochainement.

Ceci se révèlera une réalité si les frontières terrestres, aériennes et maritimes étaient ouvertes. Et que les Algériens ont pu voyager de nouveau à travers le monde. Cette hypothèse sera renforcée par une éventuelle pénurie de monnaies fortes sur le marché parallèle. Cela en raison de la forte demande d’une part ; ou en raison de l’ouverture des frontières et de la possibilité de voyager. Et d’autre part, en raison du manque de montants injectés par les émigrés sur le marché local. En particulier celui parallèle.

Taux de change : La seconde hypothèse

En outre, cette première hypothèse sera étayée par la possibilité d’arriver à un vaccin contre le coronavirus. Telle découverte augmentera la demande sur les devises. Ce qui va conduire à la hausse de leur taux de change par rapport à la monnaie nationale. Le spécialiste indique donc que, compte tenu des facteurs mentionnés ci-dessus, un taux de change de 1 € peut atteindre 250 DA. C’est-à-dire, il faudra 25.000 dinars pour obtenir un billet de 100 euros. Pareil niveau est sans précédent, insiste l’intervenant.

En revanche, il existe une deuxième hypothèse, selon les mêmes propos. Cette supposition avance que les prix des devises vont baisser dans la période à venir. Ceci interviendra, après quelques mois de stabilité. La raison serait, précise Aya, la poursuite de la fermeture des frontières ; et l’incapacité des Algériens à voyager. Dans ce cas de figure, la fermeture continue et l’interdiction de voyager aussi. De cette façon, poursuit l’expert, la demande sur les devises fortes continuera à diminuer.  

Sans saison du Hadj et de la Omra et leur fin, le prix de la monnaie forte diminuera davantage. Il pourra atteindre 180 dinars contre 1 euro. Autrement dit, 18.000 DA pour 100 euros. Rappelons par ailleurs que les cours de change connaissent une stabilité sur le marché parallèle. Cette situation dure depuis des mois. Elle est le résultat du climat de confusion instauré par la pandémie. Au Square Port-Saïd, 1 € s’échange contre 190 DA, tandis qu’un dollar (1 $) équivaut à 175 DA.

Article recommandé :  Algérie : Flambée de l'Euro face au Dinar sur le marché noir et officiel

Importation de voitures neuves : Le gouvernement durcit les conditions

Article précédent

Libre échange Algérie-UE : Des patrons demandent la révision de l’accord

Article suivant

Lire aussi

3 Commentaires

  1. Analyse Achour al aachar; ya moulay, ya yetlaa ya yehbat

  2. Personne ne peut prétendre détenir la vérité sur des question purement aléatoires. Mr Aya s’est limité à une vision on objective sur l’état d’un pays qui ne sait pas où il se dirige. L’Algérie , depuis la nuit des temps, n’arrive pas à se projeter sur un avenir à court, moyen et pas du tout longtemps terme. 2021 est encore loin puisque Septembre, Octobre , Novembre et Décembre 2020 peuvent nous réserver des surprises, bonnes ou mauvaises seul le temps le dira.
    -Premièrement , l’Algérie peut revenir , sur décision politique, à la zone Dollars, tout naturellement et sortir de la zone Euro. Puisque le pétrole Algérien se marchande en Dollars , pourquoi nos banques sont renfloué es en Euros ?
    -Deuxièmement, un changement éventuel de monnaie Algérienne peut chambouler tous les calculs .
    Économiquement, l’Algérie navigue à vue , on anticipé pas mais on réagit et généralement la réaction est mauvaise.

  3. je ne crois pas aux experts algériens. je crois a un sequoiriste parceque nos experts naviguent a vus au lieu de donner des exemples si le gouvernement aller aux changement de billet du dinars qu’est ce qui se passent a l’economie et au taux de change et combient de milliers de milliards vont arriver aux portes des banque et aux frontieres

Comments are closed.