Ramadan 2022 Algérie : Zlabia connaît une hausse des prix anarchique

Algérie – La hausse des prix n’a épargné aucun produit alimentaire, pas même la Zlabia, dont le coût connaît actuellement une augmentation significative. Retrouvez les détails juste ci-dessous.

Sous l’effet de la conjoncture économique déplaisante actuelle, renforcée par la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, les ménages peinent à boucler leurs fins du mois. Effectivement, les coûts des denrées alimentaires les plus prisés ont flambé. La Zlabia, non plus, n’a pas échappé à cette hausse des prix en Algérie.

En effet, tout au long du mois de Ramadan, les quartiers en Algérie sont envahis par des étals sur lesquels sont vendues toutes sortes de gâteaux traditionnels. Zlabia, Kelb El Louz, Mhancha, Samsa, Makroutes, etc. Les Algériens en raffolent. Ils les consomment juste après avoir rompu leur jeûne, durant les soirées ramadanesques autour d’un bon thé à la menthe.

En fait, les clients s’agglutinent souvent autour de ces étals pour en acheter. Avant de passer à la commande, les acheteurs se tournent vers les tarifs affichés par les commerçants. Cette fois-ci, ils sont surpris de constater que les prix annoncés ont largement gonfler. La Zlabia qui était proposée autrefois au prix de 200 dinars, se vend à présent à 300 DA.

Algérie : la Zlabia intouchable

L’envolée de la Zlabia s’explique en grande partie par l’augmentation des prix des matières premières. Du moins, c’est ainsi que les vendeurs justifient ces flambées. Ils lient cette envolée des prix de ladite confiserie notamment au fait que les coûts des ingrédients constituants les gâteaux traditionnels connaissent actuellement des hausses significatives aussi.

Un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis la fin des subventions généralisées sur les produits alimentaires de base. Soit l’huile, le lait et le sucre entre autres. Dans une enquête, effectuée par la chaîne Ennahar TV chez certains marchands de ces gourmandises, le constat est sans équivoque. Les prix sont inabordables, dira un client présent sur place.

Avec cette flambée des prix, il semble que les familles algériennes vont devoir se retrousser les manches pour préparer, elles-mêmes, ces sucreries dont elles ont du mal à se séparer durant chaque ramadan. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes