21.1 C
Alger
21.1 C
Alger
mardi, 25 juin 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieVotre ArgentPrix durant le ramadan 2022 en Algérie : 7 mesures prises pour...

Prix durant le ramadan 2022 en Algérie : 7 mesures prises pour barrer la route aux spéculateurs

Publié le

- Publicité -

Algérie – Afin de contrer les spéculateurs en Algérie, sept (7) mesures ont été prises pour mettre fin aux spéculations. Voici ce qu’il faut retenir du nouveau dispositif mis en place.

Chaque année, l’Algérien se retrouve heurter aux mêmes attitudes et pratiques commerciales déloyales. 2022 ne fait pas exception aux ans précédents. Les répercussions découlant de l’invasion russe sur l’Ukraine sur l’ordre économique mondial se font de plus en plus ressentir. En Algérie, des mesures ont été prises pour empêcher les spéculateurs de progresser.

Aussitôt entamé, le mois de Ramadan s’annonce pénible pour les ménages algériens. En réaction à la fluctuation des prix des différents produits alimentaires, le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations (MCPE) a aligné sept (7) mesures strictes. Cela afin d’affronter donc les spéculateurs sur les marchés.

- Publicité -

Dans le détail, le marché national sera approvisionné, durant ce mois sacré, en quantités considérables de produits alimentaires de large consommation. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le directeur de la Régulation des marchés et des activités commerciales au ministère du Commerce et de la Promotion des exportations (MCPE), Ahmed Mokrani.

Le responsable a révélé que le département du Commerce en Algérie a instauré un régime rigoureux. De nombreuses mesures ont été à adoptées à cet effet contre tout contrevenant. Elles visent à mettre fin à la flambée des prix. Il s’agit de ce qu’a rapporté le quotidien Echorouk dans son édition du samedi.

Ramadan en Algérie : le plan adopté pour mettre un terme aux spéculations

Le dispositif comprendrait, en effet, l’inondation des wilayas du centre de quantité suffisantes de pommes de terre. En outre, il sera également question d’assurer la disponibilité d’au moins 9. 600 quintaux par jour de semoule. Le but étant de freiner cette hausse des prix mais aussi d’assurer une offre suffisante sur les marchés.

- Publicité -

Par ailleurs, les autorités compétentes devront aussi inspecter les marchés de gros tôt le matin, avant le shour et les empêcher de fermer durant le week-end. Ou encore, la remise, avant midi, de rapports quotidiens sur le niveau des prix de gros et prix de détail.

En sus, le département de Kamel Rezig prévoit dans son plan d’action des contrôles plus stricts en se rendant sur le terrain pour faire des comptes rendus. Enfin, parmi les mesures de lutte contre les spéculations, on retrouve celle visant à asseoir la loi et bannir toute pratique commerciale illégale.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -