AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantÉtudiantes agressées à Boudouaou en Algérie : voici le sort du directeur...

Étudiantes agressées à Boudouaou en Algérie : voici le sort du directeur de la cité universitaire

Algérie – On vous dévoile, ce 1er mars 2022, ce qu’on a infligé comme sanction au directeur de la cité universitaire de Boudouaou à la suite de l’agression qu’ont subi trois étudiantes dans cette résidence.

À la lumière de l’agression de trois (3) étudiantes, vendredi dernier au soir, à Boudouaou en Algérie, le directeur des services universitaires de Boumerdès a annoncé la destitution du directeur de la cité universitaire en question. Il est ainsi démis de ses fonctions à la tête de la résidence Aïcha Chenoui à Boudouaou. C’est du moins ce que relate Ennahar.

Dans ce sens, la décision est intervenue parallèlement avec le placement en détention provisoire de six (6) agents de sécurité. En effet, on a également arrêté le chef du service de sécurité et de protection de la résidence. Jusqu’à présent, on a pas encore identifié les assaillants. Ces derniers ont, pour rappel, pris d’assaut la cité universitaire en entrant par effraction à 23 h 37.

Agression à Boudouaou : ce que l’on sait de l’état de santé actuelle des étudiantes 

Attaquées lors de la nuit du vendredi 25 février 2022, les trois étudiantes de Boudouaou ont été secourus. Puis, emmenés à l’hôpital local. Afin d’en savoir davantage sur l’état de santé des filles agressées, le directeur des services universitaires de la wilaya de Boumerdès, Ali Rabah, est sorti de son silence.

Il a donc révélé au même média, ce dimanche, qu’une étudiante se trouve actuellement en soins intensifs à l’hôpital Zmirli. Sortie gravement blessée de l’agression, l’étudiante devait rapidement subir une intervention chirurgicale. À cet effet, le responsable a rapporté les propos du personnel médical.

Les médecins ont confirmé la réussite de l’opération et la stabilisation de son état de santé. Tandis que les autres étudiantes ont précédemment quitté l’hôpital en bonne état. Quant à l’insécurité qui règne dans les cités universitaires algériennes, l’intervenant a indiqué que des mesures plus strictes auraient dû être imposées.

Violence en milieu universitaire : « Il faut en discuter », assure le responsable

Tout en condamnant l’acte, il a appelé à l’ouverture d’un débat public. Cela devrait traiter du danger auquel sont exposées les cités universitaires. En l’occurrence, les résidences pour filles. S’agissant des détails de l’incident, l’orateur a déclaré que les services de sécurité mènent une enquête approfondie.

Les investigations portent sur les circonstances de l’agression pour trouver les coupables. Étant toujours au niveau de la police judiciaire et du parquet du tribunal de Boudouaou, l’affaire a dévoilé le profil d’un des agresseurs. Il s’agirait d’un homme de 31 ans. Ce dernier travaillerait comme maçon en face du logement universitaire de jeunes filles.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes