AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : La voiture de moins de 3 ans « va...

Algérie : La voiture de moins de 3 ans « va coûter cher », selon Achaibou

Algérie – Abderrahmane Achaibou s’est exprimé à son tour sur le coût des véhicules d’occasion (moins de 3 ans) dont l’importation sera ré-autorisée dès mars.

Voilà que le mois de Mars se pointe, coïncidant avec la ré-autorisation d’importation des véhicules d’occasion (moins de 3 ans). Une mesure attendue avec impatience par beaucoup d’Algériens, notamment en raison de la crise que vit le secteur automobile depuis l’explosion des affaires de corruption des propriétaires des usines de montage, suivie de mesures fermes et strictes par le nouvel exécutif de Tebboune envers ce secteur

À cet égard, plusieurs experts du domaine automobile ont révélé que les véhicules d’occasion vont coûter cher, et leurs prix seront inaccessibles pour une grande partie des consommateurs Algériens. Dans ce sens, Abderrahmane Achaïbou, concessionnaire automobile et PDG du groupe Elsecom a lui aussi soutenu cette thèse, estimant « ces véhicules d’occasion vont être aussi coûteux que les neufs »; lors de son entretien du 27 février avec le site d’informations TSA.

Ce que pense Achaibou du retour à l’importation des voitures de moins de trois ans

« Je suis d’accord pour l’importation des véhicules d’occasion mais pas pour les [voitures de] moins de 3 ans », a-t-il avancé. Il estime que le plan de retour à l’importation des véhicules d’occasion aurait dû connaître plus de considération et une meilleure préparation tout en s’appuyant sur un encadrement juridique approprié afin d’éviter les problèmes rencontrés par le passé, a expliqué l’intervenant.

D’après lui, l’importation de véhicules d’occasion (moins de 3 ans) ne résoudra pas forcément la crise qui frappe le marché automobile national, indique la même source. Les véhicules qui vont être importés sont des véhicules Euro 6 [norme actuellement en vigueur en Europe visant à réduire le niveau de pollution, Ndlr], alors que la qualité des carburants locaux (gasoil et essence) est à Euro 3, ce qui ne convient pas à la durabilité du moteur des véhicules de moins de 3 ans qui seront importés, a argumenté Achaïbou.

Par ailleurs, le PDG d’Elsecom a tenu à préciser qu’un véhicule neuf procuré directement depuis le constructeur coûtera moins cher, avec en bonus une garantie que le véhicule d’occasion n’a pas, et qu’en cas de campagne de rappel par exemple sur un problème de freinage, une fois ledit véhicule arrivé en Algérie, ce dernier ne sera plus concerné par ce type de révision.

Concernant le prix final, rappelons qu’il y a lieu à une possibilité de bénéficier d’une réduction sur le montant à payer. Certaines sources ont révélé au média arabophone Echorouk que le système fiscal français et européen en général, permet l’obtention d’une remise sur les voitures d’occasion à savoir la TVA, qui est estimée à 20%, à condition de prouver que le véhicule en question sortira réellement du territoire européen.

  • Pour rappel, la TVA (taxe à la valeur ajoutée) est fixée quant à elle à 19 % en Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici