Algérie : Des salariés sont obligés de se mettre en congés sans soldes

Algérie – 0.8 % des salariés en Algérie ont été forcés de prendre un congé sans soldes par leurs employeurs pendant la crise sanitaire, affirme le Premier ministre Djerad.

En effet, la conjoncture sanitaire actuelle a engendrée une crise économique sans précédent; le secteur de l’emploi agonise en Algérie et les salariés ont été forcés de prendre des congés sans rémunération notamment durant la période de confinement, rapporte le quotidien Liberté. 

Ainsi, le Premier ministre Abdelaziz Djerad, a annoncé le jeudi 13 août 2020, au Palais des nations; que 0.8 % des travailleurs en Algérie ont été contraints par leurs employeurs de se mettre en congé sans soldes. Et cela était valable dans les entreprises du secteur public et privé.  

En outre, Abdelaziz Djerad a également fait état d’autres chiffres que le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la sécurité sociale a livré après une enquête sur  l’impact de la pandémie de Coronavirus sur le monde du travail. Par conséquent, pas moins de 72 % des salariés ont bénéficié d’un congé spécial durant la période du 22 mars au 14 juin. 1.6 % sont passés au chômage technique. 7.5 % ont travaillé partiellement. 12 % ont subi les retombés de la fermeture provisoire de l’entreprise dans laquelle ils travaillent et 1 % par la fermeture définitive. Aussi, 44 % ont dû recevoir leurs salaires tardivement. Soit 3666 entreprises où travaillent 440171 employés ont subi des changements économiques flagrants. 

Le Centre de recherche en économie appliquée (Cread) propose des initiatives pour relancer le secteur économique en Algérie

La propagation du Coronavirus en Algérie a fortement impacté le secteur économique. Les autorités compétentes ont dû gérer une crise sanitaire qui nécessite beaucoup d’argent, mais aussi, essayer de relancer l’économie et sortir de cette spirale sans grandes conséquences. 

Le centre de recherche en économie appliquée, a décidé de son côté de fournir une aide; qui permettrait de mettre en exergue les différentes mesures et alternatives sur lesquelles doivent se pencher les autorités afin de sauver l’Algérie de la double crise. Selon le centre, les conséquences de la pandémie sont apparues sur différents secteurs; à l’instar de l’emploi, la santé, l’enseignement, l’agriculture, le transport; le tourisme et les hydrocarbures. Les petites et moyennes entreprises ont été les plus touchées; rapporte El Moudjahid. 

En sus, selon le Cread, pour remédier à la situation; il suffit de « faire basculer le pays vers une économie aux mécanismes durables de développement, axés notamment sur la diversification de l’économie; la rigueur budgétaire et la numérisation »; rapporte la même source. Par conséquent; il est primordial pour l’économie algérienne de se baser sur plusieurs axes et non pas que sur les hydrocarbures. Surtout qu’ils ont prouvé qu’il ne faut pas en dépendre lors de la chute brutale de leur prix durant la crise.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes