Voyageurs Algériens

Tourisme : En Algérie, les agences de voyages baignent « dans le flou »

2
agences voyage algérie
S'abonner :

Algérie – Alors que les frontières aériennes, maritimes et terrestres du pays demeurent fermées à ce jour, les agences de voyages sont autorisées à reprendre leurs activités en Algérie. Un signal de préparation à la post-ouverture des frontières en prévision de la saison estivale.

Alors que l’Algérie a entamé sa première phase de dé-confinement le 07 juin dernier, plusieurs commerces et activités sont autorisés à reprendre, y compris les agences de voyages. Ainsi, après près de trois mois de fermeture, les propriétaires des agences de voyages lèvent enfin les rideaux. Néanmoins, face à l’absence de visibilité par rapport à l’ouverture des frontières, les acteurs du domaine baignent dans le flou

Ces derniers n’ont pas eu davantage de détails quant à l’aboutissant de cette décision gouvernementale. « Il ne s’agit pas d’ouvrir juste pour ouvrir. Tant que les espaces aériens et maritimes ne sont pas ouverts, nous ne pourrons pas exercer. Même si nous voulons faire des voyages organisés à l’intérieur du pays, nous ne pourrons pas, étant donné que l’espace terrestre national est aussi fermé »; a déclaré au quotidien national El Watan, Sofiane Ben Ali, propriétaire d’une agence de voyages.

Pour l’interlocuteur, cette démarche manque d’accompagnement. De plus, les révélations faites par le Syndicat national des agences de voyages (SNAV) concernant les pertes colossales endossées par ces agences durant la période de confinement, sont alarmantes. Certains ont même dû mettre, d’une manière définitive, la clé sous la porte. 

Afin d’y remédier, le Syndicat appelle à élaborer un plan d’accompagnement visant à aider les acteurs du domaine touristique à se relever. Parmi ces mesures d’accompagnement urgentes, il est demandé un accompagnement financier; tel que des crédits sans intérêts et des exonérations fiscales et parafiscales. 

La Fédération nationale des agences de tourisme (FNAT) se manifeste

Cela va sans dire que 2020 sera une année déficitaire pour l’ensemble des secteurs économiques. Afin de remédier aux contraintes observées par la filière voyage, un plan de sauvegarde a été proposé par la FNAT. « Il est impossible au voyagiste de procéder au redémarrage de son activité, étant donné que les autres secteur;, dont les transports, l’hôtellerie et autres activités transversales sont toujours à l’arrêt »; a signalé Nadjah Boudjelloua, secrétaire général de la FNAT. 

Selon la même source, Boudjelloua a indiqué que la fédération a proposé en avril dernier, au ministère de la tutelle, d’étudier de toute urgence des mesures de soutien spécifiques à la filière du voyage en Algérie. L’organisme demande à suspendre le paiement des charges sociales et patronales; et ce jusqu’à la reprise des vols et trafics aériens, et la reprise de l’exploitation à 100% des hôtels et autres structures d’hébergements.

Les propositions de la FNAT

Il est également revendiqué de reporter les déclarations et les paiements pour l’ensemble des obligations fiscales et parafiscales jusqu’au 31 décembre 2020. Une autre proposition a été faite, consistant à contraindre les organismes bancaires à faire preuve de solidarité par le biais de facilités de caisse et en octroyant des crédits bancaires à un taux zéro. Il est aussi demandé de créer un fonds de soutien et de redémarrage des activités touristiques, a ajouté le membre de la FNAT.

De plus, la fédération insiste sur la prise en charge par les assurances professionnelles des pertes et frais engendrés par la crise sanitaire; en incluant le Coronavirus comme sinistre couvert par l’assurance professionnelle. Par ailleurs, les membres de l’organisme sont pour un accompagnement technique et financier afin de mettre en place des procédures d’accueil en agence répondant aux consignes de prévention sanitaire.

Article recommandé :  Algérie : Les agences de tourisme appellent à l'ouverture des frontières

Voitures neuves en Algérie : La déclaration d’Aït Ali « sortie de son contexte » ?

Article précédent

Rapatriement d’Algérie vers la France : Nouveaux vols d’ASL Airlines

Article suivant

Lire aussi

2 Commentaires

  1. Avant de parler des agences de voyage , ne faudrait il pas parler du Tourisme en général en Algérie ? Malgré l’existence d’un ministère depuis 1971, aucune politique adéquate n’a été adaptée pour le secteur. L’isolement de la fonction tourisme par rapport à d’autres fonctions est la principale cause de de désastre. Pourquoi ne pas associer le tourisme au transport ? Le tourisme à l’environnement ? Un mega ministère incluant le tourisme sera le bienvenu pour sauver ce secteur.

  2. Quel tourisme en Algérie ?
    Agences de voyages pour aller ou?
    Avec tebboune et le covid 19

Comments are closed.