Votre Argent

Finance islamique Algérie : Voici les conditions et les personnes éligibles

4
Finance islamique Algérie conditions
S'abonner :

Algérie – La banque nationale d’Algérie révèle les conditions requises afin de bénéficier des nouveaux services bancaires totalement éligibles à la finance islamique.

En effet, la banque nationale d’Algérie a publié sur son site internet; les conditions requises pour bénéficier de l’octroi des services bancaires éligibles à la finance islamique en Algérie. Les produits en question, concernent les propriétés, les voitures, l’appareil d’électroménager, de mobilier et bien d’autres encore rapporte le quotidien La Patrie News.

Ainsi, parmi les conditions d’acquisition d’une propriété, les demandeurs doivent jouir d’une nationalité algérienne et être âgés de moins de 70 ans. Ils doivent également prouver qu’ils ont des rentrées d’argent stables et constantes. Celles-ci ne devraient pas être inférieures à 40000 dinars. Si les détails susmentionnés sont présents le traitement de la demande sera fait en 8 jours. Après cela; la banque achètera le bien en question chez un promoteur ou un particulier. Puis le revendra à son client en bénéficiant d’une marge. La BNA a également déclaré que le plafond de financement de la propriété couvre 90 % de la valeur du bien; et le bénéficiaire a un délai de 40 ans pour rembourser sa dette par des mensualités fixes; indique la même source. 

Pour ce qui est des voitures, le postulant doit disposer des mêmes critères cités plus haut; sur le salaire et la nationalité. Puis, une demande sera effectuée en 5 jours et le délai de remboursement sera étalé sur une période de 1 à 5 ans. De plus, la banque s’engage à fournir 85 % du prix du véhicule. Concernant les appareils d’électroménager et de mobilier; une période de 1 à 3 ans est nécessaire pour le remboursement et 90 % du prix sera financé par la Banque nationale d’Algérie.

Qu’est-ce que le « Ijara » ? Un contrat de financement qui suit les préceptes de la Charia islamique 

La BNA a également fait part d’autres services bancaires dont peuvent profiter les postulants qui souhaitent acquérir du matériel pour leurs activités. Ainsi, cela est mis en exergue à travers un contrat de location qui se termine avec l’appropriation du bien. C’est-à-dire, une location avec option d’achat; plus communément appelée «Ijara» dans les termes des banques islamiques. 

Pour ce faire, la banque acquiert le matériel dont souhaite disposer (les particuliers qui exercent des professions libérales; les propriétaires bénéficiant du crédit-bail et les propriétaires des petites et grandes entreprises). Ensuite elle leur loue les biens. Après que le client ait payé le montant requis (marge comprise); il pourra augmenter l’option d’achat jusqu’à devenir seul détenteur des biens. Pour ce qui est du délai de remboursement; il est compris à 5 ans, avec un paiement tous les trois mois. 

Il serait utile de préciser, que la banque nationale d’Algérie propose aussi un autre service; à savoir un compte d’investissement qui suit les principes de la « Mourabaha » Ce dernier consiste à partager les pertes et les bénéfices entre la banque et son client. Seuls les résidents en Algérie; les propriétaires des petites et grandes entreprises et les citoyens qui exercent un métier libéral sont autorisés à ouvrir un Compte d’Investissement Islamique (CIINR).

Article recommandé :  Marché noir en Algérie : La finance islamique comme solution ?

Coronavirus : L’International Algérien, Mehdi Abeid, testé positif en France

Article précédent

Coronavirus Algérie : Le bilan quotidien en baisse ce 14 août

Article suivant

Lire aussi

4 Commentaires

  1. Portes ouvertes au recyclage de l’argent sale remontant même aux années de la décennie noire.
    Le reste est du carnaval médiatique et bancaire et Point barre.
    Les algériens sont pauvres qui va épargner ou laver son argent recyclable via les grandes supercheries?

  2. FAITES ATTENTION!!! C’est de l’intérêt déguisé !

    la marge facturée par la banque islamique au client ressemble tant à l’intérêt que certains estiment qu’il ne s’agit que d’un habillage cosmétique pour duper le client. Là où une banque conventionnelle aurait simplement proposé un intérêt à 5 %, la banque islamique obtient le même résultat à travers un montage commercial d’achat et de revente.

    http://www.3ilmchar3i.net/article-les-banques-islamiques-audio-76574309.html

    https://ribh.wordpress.com/2014/12/14/finance-islamique-la-mourabaha-halal-ou-haram/

  3. Voila qu’on crée l’effet inverse. Au lieu de ramasser de l’argent on en distribue !

Comments are closed.