1er Novembre 2019 : le peuple Algérien se réapproprie son Histoire

Un 1er Novembre historique pour l’Algérie, dans les quatre coins du pays et au delà. Une grande mobilisation de la part du peuple algérien qui a marqué un rendez-vous avec l’Histoire.

Comme lors du 5 juillet dernier où le peuple s’est réapproprié sa fête de l’indépendance; date qui a coïncidé avec un vendredi jour de Hirak par excellence. Le hasard a bien fait les choses une nouvelle fois pour le peuple algérien.

En effet, le 1er novembre 2019 a coïncidé avec le jour du Hirak. Une nouvelle occasion s’est ainsi offerte aux algériens pour qu’ils se réapproprient cette date historique, prise en otage par le système jusqu’ici. Une date qui symbolise parfaitement la lutte que mène le peuple depuis des mois contre le régime en place.

Ils étaient des centaines de milliers voire des millions d’algériens à sortir à travers tout le territoire national pour clamer leur amour pour leur patrie. Toujours dans un pacifisme qui est devenu une spécificité indissociable de cette révolution joyeuse; le peuple a exprimé une nouvelle fois son rejet du système et des élections prévues pour le 12 décembre prochain.

Alger; la Mecque des révolutionnaires accueille ses pèlerins :

Malgré les blocages des accès à la capitale depuis la veille du premier novembre; des milliers de citoyens venus des quatre coins du pays ont décidé de se déplacer vers la capitale pour fêter ce rendez-vous historique et sont parvenus, tant bien que mal, à accéder à Alger pour être accueillis chaleureusement par les citoyens déjà présents sur place.

La majorité des manifestants venus des autres wilayas ont été hébergés par les Algérois. En effet, un grand élan de solidarité entre les manifestants a été au rendez-vous; notamment avec la distribution de nourriture et de l’eau de la part des riverains; mais également l’hébergement offert et assuré pour les manifestants venus des wilayas de l’intérieur et qui ont parcouru des kilomètres pour rejoindre la capitale.

Hommage aux détenus politique :

Depuis le début du Hirak, on recense des centaines de militants et de détenus d’opinion à l’instar du moujahid Lakhdar Bouregaa, Karim Tabbou, Foudil Boumala ou encore Samir Benlarbi; mais aussi des jeunes qui ont été arrêtés pour le port du drapeau Amazigh ou pour des publications sur les réseaux sociaux, ou bien pour leur militantisme et activisme.

En ce 1er novembre, les manifestants n’ont pas raté l’occasion pour exprimer leur solidarité et leur soutien indéfectible à ces détenus de la révolution, en exigeant leur libération immédiate et inconditionnelle.

La diaspora se donne RDV également :

Habituée à manifester chaque dimanche, la diaspora algérienne s’est réglée cette fois-ci à l’heure algérienne. Ainsi, les algériens de France et d’Europe se sont donné rendez-vous à Paris pour faire entendre leur voix en planifiant une marche de la Place de la République à la Bastille.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes