Algérie

Algérie : L’économie algérienne ne connaîtra pas d’effondrement selon Tir

0
Algérie économie algérienne
S'abonner :

Algérie – Malgré les difficultés que rencontre l’économie algérienne, celle-ci est loin de l’effondrement; a fait savoir le président du Conseil national économique et social (CNES), Rédha Tir.

De passage ce 06 juillet 2020 sur les ondes de la radio nationale; le président du Conseil national économique et social (CNES); en Algérie, Rédha Tir, a reconnu que l’économie algérienne traverse des obstacles critiques; nécessitant de véritables réformes structurelles. Néanmoins, il a affirmé que « l’économie nationale est loin de l’effondrement appréhendé ».

« Le CNES a pour mission de bâtir une économie nationale de demain solide; fondée sur trois piliers fondamentaux », a indiqué le responsable. Ce dernier, a par ailleurs, déterminé les pivots en question. Il s’agit notamment de « la création des institutions avec une dimension de service social »; de « la stabilité de l’emploi »; ainsi que « la relocalisation de certaines industries stratégiques »; a-t-il cité.

Enseignant d’économie à l’école nationale supérieure de management et nommé à la tête du CNES en mars dernier; Tir a confié que le CNES attache de l’importance au Conseil de la concurrence. « L’Algérie cherche dans sa vision économique à reprendre le chemin de l’industrialisation ».

Ceci tout en prenant en considération les normes internationales, a souligné l’intervenant. Ce dernier poursuit en révélant que cela permettrait de mettre fin au monopole et de contribuer à réduire les coûts; les prix et à améliorer la qualité et la compétitivité du produit.

Vers l’amélioration du climat d’investissement ?

S’agissant des réformes structurelles de l’économie nationale; le président du CNES a soulevé que des efforts scrupuleux ont été adopté dans ce sens; particulièrement durant la période de dissémination du Coronavirus. De plus, des conditions d’amélioration du climat d’investissement ont été entreprises. Ceci en coordination avec le gouvernement et le Ministère de l’Industrie; a précisé le professeur.

Pour lui, l’Algérie doit exploiter la double crise sanitaire; engendrée par la fameuse pandémie du Coronavirus; et énergétique caractérisée par la baisse drastique des cours de pétrole; ainsi le gouvernement pourrait engager des réformes économies et financières profondes; a soutenu le chef du CNES; selon ce qu’a rapporté le média algérien, Algérie Eco.

D’autre part, Rédha Tir voit en cette exploitation un moyen de contenir le marché parallèle (noir) de la devise. Ce dernier a également appelé à moderniser les administrations du pays; dont la numérisation des outils de gestion informatique des dépenses de l’État; et celle de l’administration fiscale; dans l’optique d’améliorer le recouvrement d’impôts.

Article recommandé :  Algérie : Le marché noir de la devise disparaîtra, assure Benabderrahmane

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 06 juillet

Article précédent

Coronavirus en Algérie : Benbouzid aborde l’option du confinement total

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.