AL 24 News : l’Algérie lancera une chaîne TV d’information internationale

Algérie – Pour la première fois, l’Algérie projette de créer une chaîne de télévision d’information internationale,AL 24 News. C’est donc ainsi que le média algérien sera nommé. Apprenez plus, ce 11 septembre 2021. 

C’est une nouvelle chaîne d’information internationale que l’Algérie va prochainement mettre en évidence dans le monde entier. L’appellation choisie pour celle-ci est AL 24 news, c’est-à-dire les deux premières lettres de Algérie, puis 24 News, par rapport aux informations qui seront diffusées vingt-quatre heures sur vingt-quatre. 

L’objectif est similaire aux chaînes internationales à l’instar d’Al Jazeera, France 24, Sky News ou Russia Today. De ce fait, d’après Dia-Algérie, la chaîne Al 24 News a comme but de représenter l’Algérie à l’étranger. Notamment, en recueillant des informations à travers des correspondants algériens dans les capitales du monde. C’est selon des sources du média sus-cité.

Dans ce sens, on indique qu’un court motif sonore défile en arabe et en anglais sur la chaîne depuis ce matin. Et ce, avec l’opérateur Nilesat. Toutefois, rien n’est encore dévoilé sur les journalistes qui y travailleront. Cependant, cela a toute l’apparence d’un projet prometteur, dit-on, pour la promotion et commercialisation qui lui sont accordées.

Deux chaînes privées fermées 

Pour mémoire, deux chaînes algériennes locales ont été fermées récemment. Il s’agit en effet de Lina TV et El Djazairia One. On rappelle alors la raison qui a poussé les autorités compétentes à mettre un terme à leurs activités. Ainsi, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel a arrêté la chaîne Lina TV.

C’était en raison de « dépassements et non-conformité aux principes déontologiques en usage ». D’un autre côté, El Djazairia One a également fait l’objet de fermeture. « Une violation des engagements juridiques et éthiques de la chaîne a été enregistrée », indique l’ARAV.

De surcroît, le propriétaire de la chaîne a été inculpé pour violation de la loi sur les changes et les mouvements de capitaux entre l’Algérie et d’autres pays. Mais aussi pour blanchiment d’argent, ajoute-t-on.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes