Universités : la France et l’Algérie engagent la discussion

AlgérieLe ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a reçu, mardi dernier, l’ambassadeur de France à Alger pour converser des thématiques liées aux universités. Dzair Daily relate pour vous plus de détails sur cette rencontre, dans son édition de ce samedi 18 juin 2022.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en Algérie a reçu l’ambassadeur de France, François Gouyette, pour discuter au sujet du domaine des universités. La rencontre a eu lieu mardi dernier au siège du ministère. Cela, afin de discuter des relations entre ces deux parties. Notamment, au sujet de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, rapporte le ministère dans son communiqué.

En effet, selon le même communiqué, les deux responsables ont échangé plusieurs points sur l’enseignement supérieur. Il s’agit principalement du nouveau programme de révision exigé par les autorités algériennes. Ce dernier traite les coopérations des deux pays dans ce domaine, rapporte le média APS dans son édition.

Par ailleurs, le ministre a également parlé de la sécurité alimentaire et de la santé du citoyen. De plus, l’orientation vers les sciences exactes et les technologies de pointe. Surtout après la création du pôle scientifique et technologique d’excellence de l’intelligence artificielle. Ainsi que les mathématiques et la nanotechnologie.

Le programme prévu par le ministère de l’Enseignement supérieur

Lors de cette rencontre, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a souligné l’importance d’inscrire aux enseignants et chercheurs une dynamique de défis dans le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ce nouveau contexte est dans le cadre de l’amélioration de la formation et l’ouverture sur l’environnement socio-économique et international.

D’après la même source, le ministre Benziane prévoit la formation d’une nouvelle génération d’entrepreneurs capables de créer la richesse. Cela, par la création d’incubateurs et à la diffusion de la culture entrepreneuriale en milieu estudiantin.

En sus de l’exploitation des expertises en matière de recherche, de formation et de débouchés. Effectivement, la rencontre a pour but de mettre à pied d’œuvre un groupe d’experts afin d’examiner des dossiers de coopération entre les deux pays et définir les priorités et les objectifs.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes