AlgérieSociété

Ramadan 2020 en Algérie et Coronavirus : Les imams se prononcent 

0
ramadan 2020 algérie
S'abonner :

Algérie – Se dirige-t-on vers l’annulation du jeûne pour cette année en raison du Coronavirus ? La question déclenche la polémique et anime le débat autour d’un Ramadan 2020 en Algérie, coïncidant hélas avec la pandémie du Covid-19; qui persiste, mettant en péril la vie des citoyens et menaçant sérieusement la santé publique.

Des professionnels dans différentes branches médico-biologiques, « estiment que le jeûne impacte la santé de la personne qui l’observe »; tandis que d’autres s’opposent radicalement à cet avis en soulignant qu’au contraire « il consolide, renforce et renouvelle » le « système immunitaire » du jeûneur; rapporte le quotidien national Le Soir d’Algérie.

Zoheir Hadjimi, président de la Coordination nationale des imams, rend compte, dans l’entretien accordé au journal; de l’impossibilité de trancher immédiatement sur la question, car les débouchées de la crise sanitaire et son évolution à venir ne sont pas connues aujourd’hui. D’après l’imam, on ignore encore ce que la situation exigera de nous comme démarches à suivre; à partir du 19 avril prochain.  

Le rituel religieux pratiqué par les musulmans durant un mois par an, et impliquant, en plus de l’abstention diurne d’ingurgiter des aliments et/ou des boissons, des prières collectives à chaque soirée du mois béni du Ramadan, débarque donc en cette année 2020, en plein fléau épidémique. 

Hadjimi assure que cela, la pratique du jeûne et l’ouverture des mosquées aux prieurs dans ce contexte de dangers viraux, concerne étroitement la santé du citoyen, et il est convenable de se fier aux experts, ceux évoqués plus haut et qui sont décrits par notre source comme étant partagés; pour nous éclairer davantage sur cette problématique.  

Les fidèles s’inquiètent

Nour-Eddine Boukrouh, et dans son analyse audacieuse, parue sur Le Matin d’Algérie, le 8 avril dernier; a souligné l’embarras dans lequel se retrouvera l’Institution religieuse, avec son corpus théologique « invariable en tout temps et tout lieu », dans le cas où, ceux qu’il qualifie ironiquement « d’infidèles »; n’ont pas encore solutionné le problème relatif au virus, dans maximum deux semaines et qui consiste à choisir entre la Santé et la foi; dans la logique du dilemme ici-bas/au-delà.

A quoi devons-nous accorder de la primauté ? A « la vie d’un nombre indéterminé d’êtres humains ou une prescription religieuse ? »; se demande l’auteur dont le choix paraît vite fait. Rien ne vaut plus que la vie d’un Homme, ne laisse-t-il saisir de ses propos; tandis que beaucoup de citoyens, croyant dévoués, donnent l’impression d’être susceptibles de faire l’objet d’un traumatisme collectif lié à leur foi. 

Effectivement, de nombreux Algériens font part de leurs inquiétudes quant à la poursuite du Coronavirus pendant le mois béni du Ramadan 2020 en Algérie; via les réseaux sociaux à l’image de Facebook. Ces internautes hautement préoccupés commentent la question, critiquent, se plaignent, blaguent ou encore se désolent, redoutent et anticipent un mois sacré, inédit ou même méconnaissable; rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Pour rappel, le ministère des Affaires Religieuses et des Wakfs a fixé la date de la nuit du doute du mois sacré de Ramadan pour le 23 Avril 2020; correspondant au 29 Chaâbane 1441.

Article recommandé :  Algérie : Des préparatifs « risqués » pour un Ramadan sous Coronavirus

Coronavirus en Algérie : Bilan de 1825 cas et 275 morts

Article précédent

Coronavirus en Algérie : Vers un suivi psychologique des malades ?

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.