18.9 C
Alger
18.9 C
Alger
dimanche, 12 mai 2024
- Publicité -
AccueilActualitéAlgérieCoronavirus en Algérie : Vers un suivi psychologique des malades ?

Coronavirus en Algérie : Vers un suivi psychologique des malades ?

Publié le

- Publicité -

Algérie – L’aspect médical est incontestablement prioritaire dans la lutte contre la crise sanitaire actuelle du Coronavirus en Algérie, mais cela ne signifie guère que celui psychologique doit être automatiquement négligé. Le numéro 1 du Syndicat des psychologues nous éclaire sur la question.

« Nous avons proposé à notre ministère de tutelle d’intégrer les psychologues de santé publique dans le dispositif d’intervention déjà mis en place » pour affronter le Coronavirus; affirme le président du Syndicat national algérien des psychologues (Snapsy), Khaled Keddad; dans un entretien accordé le 11 avril 2020 au quotidien national Le Soir d’Algérie.

Ladite intervention s’étalera principalement, et d’après le syndicaliste, sur 3 niveaux. « Premièrement, assurer une écoute et soutien psychologiques à toute la population par le biais du Numéro Vert 3030; et tous les autres moyens de télécommunications ».  

- Publicité -

En deuxième lieu, garantir « un accompagnement psychologique à nos citoyens rapatriés et qui sont mis en confinement et aussi les malades qui sont en confinement médical au niveau des hôpitaux ». Enfin, fournir un « soutien psychologique aux équipes médicales et paramédicales intervenantes; afin de prévenir des situations d’épuisement et de stress extrême ».

La gestion de l’angoisse, face à une telle situation de détresse extrême; est primordiale pour éviter à la population et aux patients, la déstabilisation émotionnelle, et au personnel de la santé les manifestations de burn-out; peut-on saisir des dires du responsable syndical. 

Une situation au potentiel psychogène

En outre, le confinement, un mode de vie ultra restrictif et inhabituel; représente un risque accru de désorganisations affectives et de déviations comportementales. Ceci explique par exemple et en partie l’exacerbation des « conflits conjugaux »; et la montée des actes violents à l’encontre des femmes et des enfants en cette période; suppose le psychologue.  

- Publicité -

Au contexte explosif qu’on vient de décrire et en se référant toujours aux même propos; s’ajoutent les sujets névrosés (TOC, trouble panique), auxquels sont accumulés les psychotiques (Schizophrénie, paranoïa) et les enfants à difficultés (autisme, hyperactivité); qu’ils soient déjà diagnostiqués ou pas encore, sans oublier les malades chroniques et les cancéreux. 

Toutes ce personnes sont les plus vulnérables et les plus exposés au risque du débordement de « l’appareil psychique; à la lumière de la menace virale en Algérie, et du chamboulement causé par la mesure du confinement. Certains d’eux sont même capables de favoriser la propagation de l’épidémie; par leur inaptitude à suivre les règles d’hygiène, de distanciation sociale, et autres consignes de prévention.

Le département ministériel réagit

Les directeurs de la Santé, ont reçu une directive du ministère de Benbouzid; leur dictant la mise en place des moyens de chaque wilaya en Algérie, et en concertation avec essentiellement « médecins spécialisés en médecine familiale » et des « psychologues » pour œuvrer au contournement des effets toxiques de la crise sanitaire sur l’équilibre psychique des personnes; rapporte de son côté le quotidien arabophone Echorouk dans son édition du 11 avril.

L’objectif consiste à garantir, y compris à distance, le soutien, la prise en charge et « l’accompagnement psychologiques des patients atteints du Coronavirus en Algérie; souligne le journal d’expression arabe; ceux suspectés d’être contaminés, et leurs proches ainsi que » le corps médical et paramédical; qui est au contact de toutes les personnes évoquées avant lui.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -