AccueilÉconomieAutomobilePrix des voitures en Algérie : Renault, Peugeot, Seat Ibiza, Picanto et...

Prix des voitures en Algérie : Renault, Peugeot, Seat Ibiza, Picanto et Toyota

Algérie – Retrouvez ci-dessous les prix des voitures de marque Renault, Peugeot, Seat Ibiza, Kia Picanto mais encore Toyota sur le marché de l’occasion.

Impacté par une crise sanitaire des plus inouïes et le gel de l’article 110 de la Loi de Finances 2020, relatif à l’importation des véhicules neufs, le marché automobile algérien, malgré son déconfinement, peine à se redémarrer et à retrouver sa forme. Dans ce sens, voici ce qu’il faut savoir sur les prix des voitures Renault, Peugeot, Seat Ibiza, Picanto et Toyota posées à la vente dans les lieux d’achat des véhicules de seconde main en Algérie. 

Le quotidien généraliste Le Soir a rapporté quelques informations sur le sujet dans un article paru ce mercredi 28 avril 2021. Dans le détail, le prix d’une Peugeot 207, 2010 avec un compteur dépassant 173 mille kilomètres, est de 1600.000 DA. Une Suzuki Alto 2012, 162 mille kilomètres, se vend à 1100.000 DA. KIA Picanto 2015, 179 mille kilomètres, équivaut à un prix de 1750.000 DA. 

Renault Clio 2013, 113 mille kilomètres est vendable à 1660.000 DA. Chevrolet Spark 2012, 131 mille kilomètres, ne peut être acquise qu’avec 1200.000 DA. Toyota Yaris 2019, 285 mille kilomètres, quant à elle, se vend à 1250.000 DA. C’est en tout cas ce qu’a indiqué le média francophone. En définitive, les prix des véhicules d’occasion frôlent ceux des voitures neuves, voire les dépassent parfois.  

Marché automobile algérien : Des voitures d’occasion hors de prix

En fait, les marchés automobiles algériens continuent à attirer la clientèle qui vient souvent des quatre coins du pays. Toutefois, une fois sur les lieux, les acheteurs, ayant des portes-monnaies souvent humble, hésitent à sauter le pas et à se doter d’une voiture qui s’avère plus que nécessaire dans la vie de tous les jours. 

En effet, se procurer un véhicule dernièrement, dépasse les traditions de l’achat qui se résument naturellement aux choix et aux sélections quant à la couleur et autres caractéristiques. Le prix, un facteur à ne plus négliger, est si frileux que la négociation ne fait plus effet sur les vendeurs qui optent parfois pour quelques expressions inédites pour conclure des ventes. 

L’heure est désormais aux déséquilibres. La demande dépasse de loin l’offre, mais ni ventes ni achats se produisent. Le marché des voitures d’occasion est quasiment à l’arrêt. De l’autre partie de la balance, le flou règne encore sur l’importation des voitures neuves qui, aux yeux de quelques experts, peut faire bouger les choses ou du moins, débloquer le volant. 

Rappelons par ailleurs que le dossier de l’importation des voitures neuves s’est invité une nouvelle fois sur la table du gouvernement. Le 14 avril 2021, le ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, a même présenté deux projets de décrets exécutifs portant sur le sujet. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes