26.9 C
Alger
26.9 C
Alger
dimanche, 14 juillet 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAutomobileVoitures en Algérie : L’impact de la Covid-19 sur le marché automobile

Voitures en Algérie : L’impact de la Covid-19 sur le marché automobile

Publié le

- Publicité -

Automobile – Les conséquences de la pandémie de Covid-19 se font sentir sur le front de l’économie nationale, il est désormais indéniable qu’elles ont aussi eu un impact très lourd sur le marché des voitures d’occasion en Algérie.  

Alors que le virus de la Covid-19 est toujours présent en Algérie, le marché automobile accueille de nouveau à bras ouverts ses clients dans l’espoir de redonner vie à un plus grand nombre de voitures. Toutefois, même avec cette réouverture tant espérée, le carrefour de l’occasion ne semble pas encore être sorti de l’auberge. C’est en effet ce qu’a rapporté le quotidien arabophone Echorouk, dans son édition du 06 mars 2021.

Après plus d’une année de suspension, le marché hebdomadaire de Hamma Bouziane, situé à Constantine, a récemment débloqué ses portes. La reprise de son activité a immédiatement vu l’arrivée de nombreux acheteurs et visiteurs venus des quatre coins du pays. Pourtant, en dépit de tout ce qui précède, rares sont les ventes de véhicules automobiles qui ont pu être conclues. 

- Publicité -

| Lire aussi : Automobile en Algérie : Les voitures de plus de 8 ans dominent le marché

Force est de constater que l’épidémie du nouveau coronavirus engendre un ralentissement poussé des ventes de voitures d’occasion. La raison principale en est que la fermeture des frontières terrestres entraîne le découragement et le désintérêt des citoyens par rapport à l’achat d’une voiture de seconde main. 

À vrai dire, beaucoup d’Algériens sont tentés par l’achat d’une automobile pour se déplacer sans encombres dans plusieurs villes de Tunisie durant la saison estivale. « Maintenant que tout est fermé, ces citoyens n’en voient plus la nécessité ». C’est en tout cas ce qu’ont exprimé avec regret les vendeurs du marché hebdomadaire de Hamma Bouziane. 

| Sujet connexe : Algérie : Quel avenir pour l’importation de voitures neuves et d’occasion ?

Selon ces mêmes locuteurs, l’interdiction formelle de tout type de rassemblement et de regroupement y est aussi pour quelque chose. En réalité, la désapprobation des fêtes de mariage et de circoncision fait que énormément de gens hésitent à se lancer au moment de passer à l’achat, explique-t-on. 

- Publicité -

Mais ce n’est pas tout. La crise que subit le carrefour de l’automobile ne se résume pas qu’aux recommandations sanitaires. Cela puisque depuis des semaines le citoyen se plaint de la flambée historique des prix d’engins d’occasion. Peu après la réouverture, le marché national des véhicules de seconde main a vu les prix augmenter considérablement.

Nombreux sont ceux qui appellent les responsables à accélérer l’importation des voitures neuves. Cela pour mettre fin à cette situation, décrite comme déraisonnable, sur l’ensemble des marchés hebdomadaires. Ainsi, tous les espoirs reposent sur le nouveau ministre de l’Industrie, à savoir Mohamed Bacha. Pour mémoire, le nouveau membre du gouvernement a pris ses fonctions le 20 février dernier. Il a, à cet effet, communiqué ses objectifs primordiaux.

Sa politique, a-t-il souligné, tend à donner un réel coup de pousse au secteur industriel national. Lors d’une conférence de presse, Mohamed Bacha avait fait la promesse d’élaborer des stratégies solides et efficaces qui satisferont aussi bien l’économie de l’État que le besoin du consommateur algérien.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -