AccueilÉconomieVotre ArgentPrix des fruits et légumes en Algérie : l'UGCAA s'attend à la...

Prix des fruits et légumes en Algérie : l’UGCAA s’attend à la poursuite de la flambée

Algérie – L’augmentation des prix des fruits et légumes ira crescendo, selon les appréhensions de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Dzair Daily vous apporte plus d’éclaircissements à ce sujet, ce 26 septembre 2021.

Les prix des fruits et légumes ont connu en Algérie une hausse considérable dernièrement. Cependant, ils ne sont pas prêts à faire une halte. Car effectivement l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) redoute une prochaine hausse qui va retentir sur le marché national quant à ces produits.

C’est ce que l’on lit sur les colonnes du quotidien Le Soir d’Algérie. Par ailleurs, selon ce syndicat, la cause est claire. Les membres de cette Union estiment que les mesures prises par le ministère du Commerce sont insuffisantes. Dans ce sens, ils expliquent que le problème de la hausse des produits agricoles doit mieux cibelé. 

Par conséquent, les citoyens algériens sont essoufflés dans cette course effrénée de l’augmentation des prix des fruits et légumes. En gros plan sur le marché algérien, des produits agricoles frais, on les affiche au minimum 100 DA. Par exemple, la carotte est à 120 DA et la tomate à 130 DA. Autre illustration, pour acheter des courgettes, il faut compter 150 DA. 

Détails sur la hausse exercée sur les prix au marché des fruits et légumes en Algérie

Continuons avec le prix des légumes, on mentionne que le poivron, le piment et la laitue se partagent le même prix, à savoir 200 DA le kilo. Entre 200 DA et 250 DA se situe la somme qu’il faut avoir en poche pour un kilo de haricots verts. On ajoute également que le prix de la pomme de terre a fait un rebond, de 95 DA à 100 DA le kilo, précise-t-on.

Outre les légumes, les fruits ont aussi été touchés par la flambée des prix. On révèle alors que le prix du kilo de raisins est entre 250 et 400 DA. Évidemment, selon la qualité. De surcroît, pour des fruits de saison, la figue a également atteint la barre des 300 à 350 DA. Même chose pour la pomme qui oscille entre 200 et 300 DA. Puis, la poire se positionne entre 250 et 450 DA. Et enfin, la banane à 290 DA.

Ce que préconise le porte-parole de l’UGCAA pour éviter les épisodes de hausse

Dans ce sillage, le secrétaire général et porte-parole de l’UGCAA, Hazab Benchohra, redoute une flambée des fruits et légumes dans les prochains jours. Selon lui, la hausse est le résultat du marché noir qui échappe au contrôle. 

Pour cela, Benchohra dévoile que 60 % de ceux qui exercent ce commerce en ce moment sont dans l’illégal. Par conséquent, le syndicaliste soutient qu’il n’est pas très efficace de ne demander la facture qu’aux détaillants. La facturation aux yeux de Benchohra doit figurer à tous les niveaux. C’est ce qu’il recommande au ministère d’imposer.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes