AccueilÉconomieDevise AlgérieDevise Algérie : les cambistes autorisés à bancariser l’argent du marché noir

Devise Algérie : les cambistes autorisés à bancariser l’argent du marché noir

Algérie – Le Premier ministre a annoncé, récemment, l’autorisation des courtiers à bancariser l’argent du marché noir. On vous en dit plus, juste ci- dessous.

En effet, le premier responsable du secteur des finances qui n’est autre qu’Aymen Benabderrahmane s’est manifesté ce mercredi. Cela, dans le cadre d’une séance publique tenue afin de répondre aux questions des membres du Conseil de la nation en relation avec le plan d’action du gouvernement. Parmi les nombreux points abordés, il y a notamment le sujet de l’argent du marché noir en Algérie.

Un sujet qui préoccupe plusieurs responsables et économistes du pays. Pour les intéressés, Dzair Daily vous livre, ce jeudi 23 septembre 2021, plus de détails à cet égard. Ainsi, lors de ladite réunion, le Premier ministre a déclaré que les cambistes auront dorénavant le droit d’accéder au marché monétaire interbancaire. 

Ces derniers devront, de ce fait, « rendre l’adhésion dans la centrale des risques obligatoire pour toutes les instances de crédit et de microcrédit ». C’est en tout cas ce que rapporte le site de l’APS

Ce qu’a dit Aymen Benabderrahmane à propos de la révision de la loi sur la monnaie et le crédit

Dans le détail, le Premier ministre algérien a assuré que la révision de la loi sur la monnaie et le crédit toucherait bientôt à sa fin. Un projet qui, pour rappel, vise à adapter la loi aux réformes globales que connaît le système financier. Par ailleurs, parmi les principaux points qui composent cette loi, on trouvera la finance islamique qui est un moyen, parmi tant d’autres, qui a pour but d’encourager les citoyens à épargner. 

Ce qui contribuera à alimenter le financement économique du pays. D’un autre côté, ce projet de révision a également pour objectif d’insérer « le principe de mandat pour le gouverneur de la Banque d’Algérie ». Et ce, dans le but « d’assurer une autonomie de la Banque centrale ». En plus, « de réhabiliter le rôle des outils de la politique monétaire dans la réalisation des grands objectifs économiques », stipule la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes