AccueilÉconomieÉnergiePétrole : le prix du brut algérien s’effondre

Pétrole : le prix du brut algérien s’effondre

Énergie – En pleine dégringolade, le prix du pétrole brut algérien ne rebondit toujours pas et enregistre une chute significative pour la troisième fois consécutive. Une nouvelle qui fait le bonheur des pays importateurs de l’or noir mais en pénalise d’autres, à l’instar de l’Algérie, très dépendante du niveau des cours. 

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les coûts des hydrocarbures connaissent des fluctuations, porteuses de conséquences économiques importantes. Et alors que l’ère du pétrole cher semblait bien partie pour durer, au grand bonheur de l’Algérie, l’un des trois plus gros producteurs en Afrique, la baisse, enregistrée ces dernières heures, des prix du Sahara Blend, le brut de référence algérien, ravive la fameuse problématique. 

Celle liée à l’impact de la variabilité des coûts de l’or noir sur la croissance de l’économie algérienne. La tendance baissière des cours de cette matière première essentielle ne constitue en effet pas une aubaine pour l’Algérie, dont l’économie est dépendante des hydrocarbures, au sens où elle réduit ses recettes.

Une conjoncture qui s’explique notamment par deux raisons principales. La première est l’affaiblissement des perspectives de la demande causé par le resserrement monétaire des banques centrales.

La deuxième concerne, elle, les turbulences récentes de l’économie chinoise. Celle-ci se heurte, une nouvelle fois, à des confinements localisés depuis plus d’un mois dûs au rebond épidémique. Nombreux de ses secteurs industriels fonctionnent alors au ralenti, faisant donc reculer les prix du pétrole. 

Actualité liées aux pétroles : le point sur les cours officiels du brut algérien 

Ce vendredi 9 septembre 2022, le brut algérien a encore perdu de sa valeur. Il est passé de quelque 92 dollars à moins de 90. Vers 1 H 48 GMT, le baril du Sahara Blend s’est effectivement négocié à 87,98 $. Soit une diminution d’environ 0,41 % par rapport à 24 heures auparavant. C’est en effet ce que rapporte le quotidien d’informations générales El Khabar, qui cite comme source le site OilPrice

Cela dit, une remontée des cours du pétrole brut algérien est espérée. La raison en est attribuée à la nouvelle décision des vingt-trois pays de l’organisation pétrolière, dit Opep+. Ensemble, ils prévoient de réduire, en octobre prochain, leur production de 100.000 barils par jour par rapport à septembre. Ce qui devrait ainsi favoriser une remontée des prix. 

Cette prochaine diminution du nombre de barils mis sur le marché, équivalente à celle du mois d’août, pourrait être plus considérable. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés (l’alliance Opep+) se disent en effet prêts à réduire encore plus la production en cas de levée de l’embargo sur le pétrole iranien ou de baisse de la demande.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes