AccueilÉconomieÉnergieÉnergies renouvelables : une wilaya algérienne se fraie un chemin

Énergies renouvelables : une wilaya algérienne se fraie un chemin

Énergie – Une wilaya algérienne se lance dans l’utilisation des énergies renouvelables comme alternative aux énergies traditionnelles. Vous voulez savoir de qui s’agit-il ? Ne bougez pas ! Dzair Daily rapporte pour vous tous les détails dans son édition du samedi 10 septembre 2022. 

Les panneaux solaires sont les premières étapes pour remplacer les énergies traditionnelles en Algérie. En effet, ces derniers disposent de plusieurs avantages économiques et environnementaux. Une wilaya algérienne semble d’ores et déjà s’être mise aux énergies renouvelables plus tôt que les autres. On parle ici de la ville de Mascara.

Si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. Il s’agit alors d’une information que rapporte le quotidien généraliste arabophone, Echaab. Effectivement, l’énergie renouvelable est une véritable alternative pour les énergies traditionnelles à l’avenir. Il convient de rappeler qu’en 2018, de sérieuses propositions locales sont apparues à ce propos.

Et ce, dans le but de fournir de l’énergie solaire aux habitants des zones isolées qui  se heurtent au manque important d’électricité disponible. Cependant, la concrétisation de ce projet a rencontré plusieurs problèmes d’efficacité et d’efficience.

Soit, entre autres, une durabilité limitée et une énergie faible. Selon l’expert en rénovation énergétique, Mohamed Yahiaoui en l’occurrence, les projets incarnés à l’époque n’étaient pas à la hauteur des normes requises. Selon lui, il y avait une absence de culture des énergies renouvelables chez les artisans.

En plus du manque de confiance des agriculteurs pour cette nouvelle méthode, a-t-il en outre expliqué. Il a ajouté que ces derniers refusaient de se lancer dans un projet dont ils ne connaissaient que très peu d’informations. Ce n’est pas tout ! Retrouvez plus de détails dans la suite de cet article. 

Énergies renouvelables : voici plus de détails sur ce qu’en pensent les experts

Mohamed Yahiaoui a affirmé que l’objectif intérimaire actuel est de réduire la consommation et les coûts de production de l’électricité. Ceux-ci augmentent annuellement de 2%, à en croire le même spécialiste. En outre, l’expert international, Bendjebbar Abed, estime que les projets de systèmes d’énergie solaire en Algérie manquent de contrôle. 

De son avis, les produits et équipements importés de l’étranger manquent de surveillance. Et ce, à cause du manque de laboratoires spécialisés permettant de contrôler la qualité. Il juge ainsi nécessaire de coordonner les ministères de l’Énergie, du Commerce et les douanes. « Cela, en imposant un contrôle maximal sur l’importation de ces produits », a-t-il encore recommandé. 

Bendjebbar Abed a par ailleurs préconisé de recourir au produit national qui est fabriqué et installé localement par les institutions algériennes publiques et privées. Car, dit-il, la mauvaise qualité d’un article importé du système d’énergie solaire affecte 90% de l’efficacité et de l’efficience des projets. Elle perturbe, notamment, la réponse des citoyens et des particuliers à la transition énergétique

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes