15.9 C
Alger
15.9 C
Alger
dimanche, 19 mai 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieÉnergieLe Liban demande auprès de l’Algérie du pétrole et du gaz

Le Liban demande auprès de l’Algérie du pétrole et du gaz

Publié le

- Publicité -

Énergie – Le ministre de l’Énergie par intérim du Liban, Walid Fayad, convoite le pétrole et le gaz de l’Algérie. Dzair Daily expose pour vous plus de détails à ce propos dans l’édition de ce dimanche 24 juillet 2022.

En effet, après sa rencontre avec l’ambassadeur algérien au Liban, Abdelkrim Rekaibi, le ministre de l’Énergie par intérim, Walid Fayad, se dit intéressés par des importations de pétrole et de gaz en provenance de l’Algérie. Il convient de rappeler que le gouvernement libanais avait précédemment accusé le territoire algérien d’exporter du faux fuel à la société publique Électricité Liban. 

Il s’agit là de ce qu’a rapporté le média spécialisé Algérie Eco, qui cite le quotidien francophone libanais L’Orient-Le Jour comme source. Effectivement, l’Algérie exportait précédemment du carburant au Liban jusqu’en 2020.

- Publicité -

Les autorités libanaises avaient accusé, à ce moment-là, l’Algérie d’envoyer du fuel frelaté. Le groupe pétro-gazier algérien Sonatrach avait alors démenti ces accusations et annoncé son non-renouvellement du contrat avec le Liban.

Par ailleurs, après sa rencontre avec Fayad, l’ambassadeur algérien a exprimé son désir de coopérer avec les autorités libanaises. Et cela, tout en promettant de transmettre le procès-verbal de la réunion pour les responsables algériens. C’est ce qu’a précisé le communiqué publié par le ministère de l’Énergie du Liban, repris par le média susvisé. 

Exportations hydrocarbures de l’Algérie vers le Liban : les précisions de Fayad 

Selon la même source médiatique algérienne, le ministre libanais a adressé une lettre à l’attention de son homologue algérien. Il s’agit du premier responsable du département ministériel de l’Énergie et des Mines, Arkab Mohamed. Walid Fayad a ainsi exprimé sa volonté de renforcer les relations bilatérales entre l’Algérie et le Liban.

- Publicité -

Et ce, à l’effet de faire face au manque de carburants, souligne t-il, et les besoins en électricité au Liban. Le même responsable a précédemment déclaré que le Liban bénéficie du carburant de son fournisseur Irak. À savoir, 80.000 tonnes de carburant par mois.

En revanche, la quantité a diminué au cours de cette période jusqu’à 40.000 tonnes. La cause en est attribuée à la hausse des prix du carburant. « L’Irak nous fournit deux (2) heures de puissance au lieu de quatre (4) heures », a encore précisé Walid Fayad.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -