L’Espagne prend une mesure contre les marchandises en route vers l’Algérie

Politique – Suite à la rupture du Traité d’amitié entre l’Algérie et l’Espagne, le gouvernement de Pedro Sánchez impose une mesure contre les marchandises qui transitent par ses ports vers le territoire algérien. Dzair Daily relate pour vous tous les détails à ce sujet ce samedi 23 juillet 2022.

Cela fait un mois que le gouvernement algérien a suspendu le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne. Suite à ses tensions avec l’Algérie, l’Espagne ordonne la mise en place d’une mesure à l’encontre des marchandises prêtes à être expédiées vers l’Algérie. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone Echorouk.

Dans le détail, la Chambre de Commerce espagnole a mis en place des protocoles empêchant l’exportation des marchandises en route vers l’Algérie. Chose à laquelle elle a procédé en coopération avec les services douaniers et l’ensemble des opérateurs économiques espagnols. Ladite mesure consiste à soumettre toute cargaison en direction de l’Algérie aux processus douaniers.

Elle intervient en marge d’un contexte marqué par un conflit diplomatique ouvert  entre l’Algérie et l’Espagne. De ce fait, le gouvernement de Pedro Sánchez a mis fin aux accords conclus auparavant. Ainsi, le transfert de marchandises depuis les ports espagnols vers l’Algérie perdra de ses avantages. Et cela, lors du passage des marchandises en route vers notre pays.

Les sanctions de l’Espagne contre la marchandise algérienne : plus de détails

En effet, suite à la suspension des échanges commerciaux entre les deux pays, l’Espagne a, de son côté, pris d’autres mesures contre l’Algérie. Celles-ci concernent les marchandises sortant du port espagnol en direction de l’Algérie. Sur instruction de la Chambre de Commerce d’Alicante, un document de déclaration de douane sera obligatoirement présenté. Et cela, avant de quitter le territoire espagnol.

Cette mesure prise par le gouvernement de Pedro Sánchez concerne les marchandises fabriquées en Espagne, celles importées d’autres pays. En plus des colis transférés par le courrier international. Ceux destinés à l’exportation vers l’Algérie

Cependant, cette situation place un bon nombre d’opérateurs économiques algériens dans une position délicate. Cela, en raison de l’absence d’autorisation de sortie de leurs marchandises transitant par l’Espagne.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes