France : voici ce que deviennent les 3 chevaux d’Abdelaziz Bouteflika offerts à Chirac, Sarkozy et Hollande

France – Des années après leur ralliement aux ranches métropolitains, que sont devenus les trois (3) chevaux dédiés, par le défunt ex-chef de l’État algérien Abdelaziz Bouteflika, à ses homologues français Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ? Réponse dans les lignes qui suivent.

Les cadeaux entre les gouvernants sont un exercice de style délicat. Bien avant que la profession de président de la République fasse son apparition au dix-septième (17e) siècle, des échanges de présents se produisaient déjà entre différents partis. C’est une tradition née en Égypte antique et dans le monde grec d’antan. Pour Chirac, Sarkozy et Hollande, Abdelaziz Bouteflika a fait le même choix d’offrir successivement à ses homologues de France trois chevaux. Ils sont de la race chevaline barbe.

Un geste généreux parfaitement diplomatique. Il tendait alors à faciliter les relations entre les deux pays, soit l’Algérie et la France. Et définir leurs futurs rapports. Pour sa première visite officielle sur le territoire algérien, du 23 au 25 février 2003, Jacques Chirac s’était vu octroyer un cadeau noble et majestueux. Il s’agissait de Mabrouk, un cheval arabe-barbe, qui fascine par sa robustesse, sa hauteur et sa rapidité. 

Mais Mabrouk n’est pas le seul équidé à avoir foulé le sol hexagonal durant les années 2000. Kheir, un pur sang arabe gris, a été confié à Nicolas Sarkozy le 05 décembre 2007, à l’issue de sa visite à Alger. Né au Haras national de Chaouchaoua, à Tiaret, ce cheval présidentiel est ainsi rapidement devenu la star des grands événements et compétitions équestres de l’Hexagone.

Les souvenirs d’Algérie se trouvent toujours en France et se portent à merveille ! 

Tout au long de ses vingt (20) ans de règne, le défunt ancien président algérien est resté fidèle à sa diplomatie du cheval, si l’on puit dire. Abdelaziz Bouteflika avait également offert, en 2012, à François Hollande un joli couple d’animaux. À savoir un étalon de huit (8) ans, Sami, et Sadja, une très belle jument élancée.

Les deux étaient performants, si bien que l’Élysée offrait, dès leur arrivée, dix saillies par an à l’Association française du cheval barbe (AFCB). Mais quelle vie mènent-ils tous depuis leur départ d’Algérie ? On en sait désormais un peu plus sur eux. Cela grâce aux enquêtes menées par le magazine français, Mag Sud-Ouest en l’occurrence.

Nous vous dévoilons leurs résultats ce mardi 29 mars 2022. Mabrouk, Kheir, Sami et Sadja gambadent au Haras national de Pompadour. Il s’agit d’un établissement par excellence voué à l’élevage équin. Il est situé en Corrèze, un département français de la région Nouvelle-Aquitaine, au sud-ouest de la France.

Selon la même source médiatique, le destrier de François Hollande et celui de Jacques Chirac vivent dans des box spacieux. Sami et Mabrouk y sont soigneusement surveillés et dorlotés. C’est Charlotte Geyl, ingénieure de l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) à l’OESC qui s’occupe desdits poulains. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes