AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantDes étudiants Algériens à l’étranger demandent la prolongation de la bourse d’étude

Des étudiants Algériens à l’étranger demandent la prolongation de la bourse d’étude

L’Étudiant – Des étudiants Algériens à l’étranger appellent à la prolongation de leur bourse d’étude. Notre édition de ce lundi 30 août 2021 portera sur l’appel de ces boursiers.

En effet, les étudiants algériens ont lancé un appel à la prolongation de leur bourse à l’étranger. Ces derniers constituent la promotion 2016/2017 en formation résidentielle au Royaume-Uni. De ce fait, l’appel s’adresse au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Selon le journal El Watan, cette demande survient vu le besoin de ces doctorants d’une période additionnelle. Et ce, afin de finaliser leurs projets de recherche et soutenir leurs thèses. D’autre part, cela leur permettra notamment de subvenir aux dépenses régulières. Sans omettre les frais de réinscription ou d’extension universitaires.

En outre, avec cette prolongation, ils pourront régulariser leurs statuts au Royaume-Uni. Il sied de noter, qu’ils sont dans l’obligation de renouveler leurs visas. Et cela, suite à leur expiration.

En revanche, ces boursiers ont tenu à préciser qu’ils ont déjà contacté l’ambassade et le ministère à cet effet. Cependant, ils n’ont eu aucune réponse favorable. Alors ils n’ont trouvé d’alternative que celle d’adresser un appel au ministre directement. 

Par ailleurs, ils ont souligné leur reconnaissance quant à l’initiative prise à l’égard de leurs camarades. Il s’agit entre autres de la promotion précédente (2015-2016). À savoir l’octroi d’une extension de six mois de bourse. Et ce, afin qu’ils rattrapent le progrès interrompu par la pandémie Covid-19 et ainsi finir leurs thèses.

Bourse d’étude à l’étranger : les raisons de la demande d’extension des étudiants Algériens

Les doctorants boursiers au Royaume-Uni se retrouvent dans une situation très délicate. En réalité, ces derniers se sont réunies avec l’attaché culturel de l’ambassade, M. Salhi, le 2 juillet dernier. C’est suite à cela qu’ils ont appris la décision de suspendre leur bourse à mi-chemin. Une décision qui a d’ailleurs suscité une grande stupéfaction ainsi qu’une immense déception chez eux.

D’autant plus, que cela va à l’encontre de la lettre de sponsoring. Mais aussi l’article 2 du contrat qu’ils ont signé auparavant. En effet, ce contrat stipule que le ministère prendra en charge les doctorants boursiers. Et cela, jusqu’à la fin de leurs études, sans pour autant déterminer une durée spécifique.

Sur ces entrefaites, on retrouve la pandémie de la Covid-19 comme principal inhibiteur. Effectivement, la situation sanitaire a imposé un nombre important de contraintes pour ces étudiants boursiers. Entre la fermeture des bibliothèques, source ultime d’ouvrages et la fermeture des frontières, le coup a été fatal. En effet, cela a empêché considérablement l’avancée de leurs travaux de recherche. Encore plus, le manque d’encadrement durant la pandémie.

À cet égard, les répercussions n’ont pas été des plus moindres. En plus de certains qui sont tombés malades, l’impact psychologique était considérable. Le stress et la perturbation ont eu raison de leurs projets. Ainsi que le sens d’isolement et de nostalgie a laissé la dépression creuser son chemin chez certains d’entre eux.

Toutes ces conditions peu enviables ont fait germer ce cri de détresse. Ce n’est autre qu’un appel à l’aide au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le Pr. Abdelbaki Benziane, en l’occurrence. Et ce, dans l’espoir d’une réponse favorable qui soulagera les esprits tourmentés de ces étudiants algériens.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes