Crise de l’huile de table en Algérie : L’ANCA rassure avant le Ramadan

Algérie – L’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) assurera un stock suffisant d’huile de table pour approvisionner le marché national avant le mois béni du Ramadan. 

- Advertisement -

À la veille de l’avènement du mois sacré du Ramadan, le sujet concernant la pénurie d’huile de table ne cesse d’alimenter les débats en Algérie, entre spécialistes, responsables et citoyens. Si nombreux Algériens craignent de plus en plus une carence totale de ce produit alimentaire de première nécessité, une nouvelle pourrait bien les rassénérer. Elle permettra pour le moins de détendre l’atmosphère légèrement anxiogène ces derniers jours. 

En effet, L’ANCA a indiqué que les stocks d’huile de table sont largement suffisants pour répondre à la demande des citoyens algériens. La situation s’équilibrera donc durant les prochaines semaines après la pénurie qu’ont enregistrée plusieurs villes. C’est en tout cas ce dont a fait état le président de l’Association nationale des commerçants et artisans. 

Lire aussi : Algérie : Ce qu’a dit Rezig sur la crise de l’huile de table et sa disponibilité

Hadj Tahar Boulenouar s’est exprimé, ce 23 mars 2021, lors d’un point de presse. Ce dernier a eu lieu au Palais des expositions des Pins-Maritimes, à Alger. Selon le responsable, la matière première utilisée dans la production de l’huile de table est disponible. Elle permettra, a-t-il souligné, de satisfaire les besoins de l’ensemble des wilayas du pays. 

« Le stock actuel est estimé à près de 62.000 tonnes au niveau des six usines du pays », a fait savoir l’intervenant. Boulenouar a souligné, dans ce sens, que cette quantité reste avantageuse jusqu’au mois de juin prochain. Selon ses informations, le pays dispose d’une réserve qui couvrira, pendant de longs mois, ses besoins en matière d’huile alimentaire. 

| Sujet connexe : Algérie : Rebrab et Ouali expliquent la hausse des prix de l’huile de table

D’autre part, le même locuteur a abordé la question relative à la légère hausse des marques, à l’instar de Fridor ou encore Fleurial. Le président de l’ANCA a ainsi expliqué le changement des prix par le fait que les coûts mondiaux des matières premières soient actuellement en hausse.

Par ailleurs, le ministre du Commerce, a fait remarquer que la consommation mensuelle de l’huile de table avoisine 48.000 tonnes. Kamel Rezig a ajouté que l’Algérie a produit 51.000 tonnes d’huile en janvier. La production est ensuite passée à 53.000 tonnes en février. 

Le membre du gouvernement a expliqué que la crise de l’huile de table a été amplifiée par la spéculation sur les marchés locaux. « Il existe, à présent, un surplus de production avec douze (12) marques dont dix (10) subventionnées ». C’est ainsi que Kamel Rezig a tenu à rassurer l’ensemble des citoyens, lors de son passage à la Radio nationale, Chaîne 1, le 24 dernier.       

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes