21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
jeudi, 20 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéLe consul de l’Algérie au Canada accusé d’exploitation : Noureddine Meriem répond

Le consul de l’Algérie au Canada accusé d’exploitation : Noureddine Meriem répond

Publié le

- Publicité -

Canada – Le consul général d’Algérie à Montréal a tenu à répondre aux accusations d’exploitation tenues par deux employées. Dzair Daily vous donne plus de détails sur cette affaire dans la suite de ce numéro du 3 mars 2023.

Suite à des accusations d’exploitation exprimées par deux employées, le consul de l’Algérie au Canada, Noureddine Meriem, est sorti du silence. Il a indiqué que ces allégations étaient fausses et qu’il est question d’un simple conflit de travail. De leur côté, les deux plaignantes chargées de l’entretien ménager, accusent donc le consul de harcèlement psychologique, d’humiliation et d’abus de pouvoir.

En effet, Marisa Amaya et Elida Rivera Lopez ont toutes deux déclaré avoir subi ces abus de la part du consul et de son épouse. Elles ont affirmé avoir été soumises à des conditions de travail difficiles. Et avoir été victimes d’insultes, de cris, de sexisme et d’humiliation. Les deux plaignantes ont alors intenté des poursuites civiles contre le consul général d’Algérie et Montréal et son épouse.

- Publicité -

Par ailleurs, les deux employées, âgées de 65 et 69 ans, ont indiqué qu’elles n’avaient pas droit à des pauses et que leurs arrêts maladie ont été rejetés. Ayant travaillé au consulat respectivement depuis 2008 et 2014, elles ont expliqué que leur situation a commencé à se détériorer en 2019. Après l’arrivée de Noureddine Meriem, leurs conditions de travail seraient devenues insoutenables. Et leur charge aurait augmenté considérablement depuis lors.

Canada : le consul d’Algérie fait face à des accusations

Les employées poursuivent le gouvernement algérien et le ministère des Affaires étrangères algérien pour les allégations sus-cités. Elles réclament 452.452 dollars de salaire impayé, de dommages et intérêts et de perte de salaire. De son côté, Noureddine Meriem réfute ces accusations avec fermeté. Il a déclaré travailler en toute conformité avec les lois algérienne et canadienne. C’est ce que rapporte Algérie 360.

Par ailleurs, Meriem a insisté sur le fait que les deux plaignantes ont été traitées avec respect. Et en conformité avec les clauses de leur contrat de travail. Ajoutant qu’elles n’ont jamais été congédiées tout comme c’est le cas de ses anciens employés. Il a ajouté que certains employés avaient démissionné, mais aucun d’entre eux n’a jamais signalé une violation de ses droits.

- Publicité -

Le diplomate a nié complètement l’existence d’une atmosphère de travail hostile au niveau du consulat et de sa résidence. Il a ajouté que les accusations des deux plaignantes devraient être prouvées, car à l’heure qu’il est, c’est leur parole contre la sienne. « Je tiens à souligner que nous respectons la loi et les droits des travailleurs. Je n’accepte pas que l’on remette en cause mon intégrité et ma manière de travailler », a-t-il conclu.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -