14.9 C
Alger
14.9 C
Alger
lundi, 15 avril 2024
- Publicité -
AccueilActualitéL'Algérienne Amira Bouraoui se rend en France via la Tunisie : les...

L’Algérienne Amira Bouraoui se rend en France via la Tunisie : les coulisses du voyage révélés

Publié le

- Publicité -

Algérie – La Franco-Algérienne Amira Bouraoui s’est rendue en France via la Tunisie en échappant à une extradition vers le pays. Apprenez davantage sur les coulisses de ce voyage dans les lignes du numéro de ce mercredi 8 février 2023.

En effet, comme rapporté par le quotidien arabophone Echorouk, l’Algérienne Amira Bouraoui a été évacuée en France via la Tunisie, alors qu’une décision l’empêchant de quitter le territoire national a été rendue par la justice algérienne. Comment ce voyage a été organisé ? Et avec qui il a été coordonné ? Tous les détails se trouvent dans les paragraphes qui suivent.

D’après la même source, la militante s’est rendue en France en coordination avec l’ambassadeur de France en Tunisie. À son arrivée, un colonel des services de renseignements l’attendait à l’aéroport de Lyon. Cet officier supérieur aurait coordonné et planifié son expulsion vers la France.

- Publicité -

Cela dit, Amira Bouraoui a rencontré quelques contraintes au moment du contrôle de ses documents à l’aéroport. Sachant que la journaliste franco-algérienne s’est vue refuser d’entrer dans l’Hexagone par la police française. Ainsi, il a été décidé de la renvoyer vers le pays expéditeur, soit la Tunisie. Ce n’est qu’après l’intervention dudit colonel qu’elle a finalement été acceptée sur le sol français.

La militante algérienne Amira Bouraoui en France : la presse réagit

Dans ce sens, la presse française a traité la nouvelle d’entrée de la militante franco-algérienne sur le sol de l’Hexagone. D’ailleurs, le journal Le Figaro en titre de l’un de ses articles a indiqué que Amira Bouraoui était « libre » et « sous la protection des autorités françaises ». Cela, comme déclaré par son avocat français François Zimeray à l’AFP.

En sus, le même avocat a également salué les efforts fournis par les autorités de son pays. Ainsi que leur intervention pour faire évacuer la journaliste. Sachant qu’une décision a été rendue contre elle par la justice algérienne l’empêchant de quitter le territoire DZ. Étant donné qu’elle serait condamnée à deux ans de prison ferme. C’est du moins ce qui a été rapporté par ladite source arabophone.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -