Algérie : Vers la séparation de l’argent de finance islamique et traditionnelle

Algérie – Le Haut conseil islamique (HCI) émit une fatwa sur la nécessité de séparer l’argent de la finance islamique de l’argent traditionnel au sein des banques.

Pour la relance économique du pays, le ministre des Finances a proposé plusieurs solutions, dont la promotion des produits islamiques. Cela permettra notamment de récupérer une partie de l’argent du marché parallèle. Ainsi, les établissements bancaires tentent d’encourager les citoyens à épargner. En effet, plusieurs banques en Algérie proposent des produits de la finance islamique.

Depuis le début du mois de février courant, de nombreux établissements financiers pratiquent la finance islamique. Ils ont commencé à financer formellement des projets et des logements. Il est toutefois important de noter que l’organe consultatif qui appartient au Haut conseil islamique a émis une fatwa à propos des activités desdites banques.

| Lire aussi : Algérie : « La finance islamique n’existe pas », estime Hadj Nacer

Celle-ci stipule qu’il est obligatoire de séparer les fonds basés sur les intérêts des fonds destinés à la banque islamique. C’est en tout cas ce que rapporte Echorouk, dans son numéro du 20 février 2021. Par ailleurs, suite à cet avis consultatif, plusieurs banques se sont attelées à appliquer la fatwa en question. Un membre du haut conseil islamique s’est d’ailleurs exprimé à cet effet.

Séparer l’argent de la finance islamique et traditionnel : L’avis d’un spécialiste 

Il s’agit du docteur Mohamed Boudjellal. Celui-ci affirme qu’il est primordial de séparer l’argent traditionnel avec intérêt de l’argent destiné à la finance islamique. Et ce, en se référant aux principes de la charia islamique. Il ajoute également qu’il faut donc allouer une somme d’argent dédiée uniquement à la finance islamique. Celle-ci est appelée « somme de départ ».

| Sujet connexe : Algérie : Des dividendes en finance islamique en vente avant avril

C’est également ce que rapporte le quotidien sus-cité. Le même orateur est très confiant quant à l’application de cette consigne. Il profère alors que plusieurs établissements bancaires ont déjà adhéré à cette façon de faire et ont séparé les deux (02) méthodes d’épargne.

Mohamed Boudjellal encourage par la même occasion, les citoyens algériens à déposer leur argent dans des banques qui proposent des produits de la finance islamique. Il déclare d’ailleurs dans ce sillage : « Plus il y aura d’épargne islamique, plus les banques auront la possibilité de financer des projets. ». C’est encore ce dont fait état le quotidien arabophone.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes