Algérie : les salaires des hauts fonctionnaires et cadres supérieurs de l’État vont-ils augmenter ?

Algérie – Le ministère des Finances entame l’élaboration de la Loi de finances complémentaire (LFC) 2022, alors qu’en sera t-ils des salaires des hauts fonctionnaires et cadres supérieurs de l’État ? On vous dit tout, ce 16 janvier 2022.

Les services du ministère des Finances ont engagé l’élaboration du projet de Loi de finances complémentaire, LFC 2022. Cela en prévision de la mise en œuvre de la révision du point indiciaire. Ce qui se traduirait par une augmentation des salaires des fonctionnaires au début du deuxième semestre de cette année. Ainsi, les salaires de la catégorie des hauts fonctionnaires et des cadres supérieurs de l’État ne sont pas concernés par l’augmentation en Algérie.

Selon des sources relatées par Echorouk, le ministère des Finances procède à l’étude de deux propositions visant à revoir le point indiciaire. Dans ce sens, le premier consiste à revoir la valeur du point indiciaire actuel. Un chiffre dont on a défini la valeur par le décret présidentiel n° 07-304 et estimée à 45 dinars. Quant à la seconde proposition, elle porte sur la révision du point indiciaire des fonctions. Alors l’étude a privilégié la seconde proposition au détriment de la première.

Pour tout dire, on associe la décision d’exclure les hauts fonctionnaires et les cadres supérieurs de la révision du point indiciaire à de nombreux facteurs. Le premier concerne l’impact financier de cette révision sur le budget de l’État. Ce dernier souffre à chaque fois d’un déficit.

De surcroît, le deuxième facteur qui justifie l’exclusion des cadres supérieurs des augmentations de salaire implique une règle de calcul. Celle des salaires de hauts fonctionnaires de l’État. En effet, sa valeur est calculée à 19 dinars. Seulement, il existe d’autres raisons qui font que leurs salaires soient élevés.

Hausse du point indiciaire : qu’apporte-t-il concrètement comme changements ?

En se fiant aux mêmes sources, on explique que le choix du point indiciaire du ministère des Finances s’inscrit dans le contexte du maintien des équilibres financiers. Pour ce qui est des estimations préliminaires, le directeur général du Budget souligne que  l’impact financier de cette révision devrait être à la limite de 240 milliards de dinars. Tel est un chiffre approximatif et peut être dépassé.

D’ailleurs, on a confirmé que le président de la République a hâté son organe exécutif pour préparer un projet de Loi de finances complémentaire. Cela, afin que ce dernier garantisse l’impact financier de la décision. Et pour que l’augmentation des salaires puisse entrer en vigueur au début du deuxième semestre de l’année en cours. Dans une étape complémentaire à l’augmentation laissée par la décision de réduire l’impôt sur le revenu global (IRG).

Pour conclure, l’IRG a entraîné des augmentations entre 3.000 à 7.000 dinars pour les grandes catégories de salariés. Pour que le citoyen ressente l’impact de cette augmentation et améliore son pouvoir d’achat, la révision du point indiciaire doit suivre le pas. C’est en tout cas ce qu’on a mis en évidence.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes