AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantAlgérie : la reconnaissance faciale à l’entrée des cités universitaires

Algérie : la reconnaissance faciale à l’entrée des cités universitaires

Algérie – Une nouvelle mesure s’installe à l’entrée des cités universitaires de l’Algérie, à savoir, la reconnaissance faciale. Curieux d’en savoir plus à ce propos ? Dzair Daily vous en dit davantage dans cette nouvelle édition du mardi 29 novembre 2022.

En effet, l’Office national des Œuvres universitaires (ONOU) a mis au point une nouvelle mesure, à savoir, la reconnaissance faciale à l’entrée des cités universitaires de l’Algérie. Il s’agit d’une information que rapporte le média généraliste arabophone Ennahar dans son numéro. Pour plus de détails, nous vous invitons à lire l’intégralité de cet article. 

Dans une déclaration à la susdite source médiatique, le représentant de la Commission de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et des affaires religieuses de l’APN s’est prononcé à ce propos. Il a affirmé que le directeur de l’ONOU s’est engagé à numériser les services universitaires sous tous leurs aspects.

La nouvelle méthode consiste par ailleurs à remettre aux étudiants résidants dans les cités universitaires des bracelets électroniques. Selon la même source, cette démarche permet aux agents de distinguer les vrais résidents des étrangers. Ce n’est pas tout ! Retrouvez plus de détails dans la deuxième partie de cet article. 

Nouvelle technologie à la cité universitaire : voici plus de détails

Comme nous l’avons cité plus haut, les responsables prévoient la mise en place d’une nouvelle technologie dans les résidences universitaires. Selon le même reponsable, ce dispositif permettra l’identification du résident grâce à la reconnaissance faciale. Tout en précisant que cette mesure sera mise à la disposition des parents afin de les contrôler. 

Ce responsable a en outre ajouté que directeur de l’ONOU a affirmé que grâce au bracelet électronique, l’étudiant résident sera autorisé de prolonger son séjour dans la cité universitaire. Et ce, pour des obligations administratives par exemple. Soit, pour des périodes allant de 10 à 15 jours. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes