AccueilActualitéAlgérieAlgérie : le prix du thon rouge devrait baisser en 2023

Algérie : le prix du thon rouge devrait baisser en 2023

Actualité – Des produits, notamment le thon rouge, de qualité à des prix abordables, des marchandises compétitives au service de la population et du développement durable en Algérie, deux exigences à la souveraineté alimentaire qui se trouvent au cœur des préoccupations gouvernementales.

Dans le cadre d’une démarche d’amélioration continue du cadre de vie quotidien de l’ensemble de la population, le gouvernement multiplie les mesures stratégiques. Les dernières en date portent sur le développement de l’accès pour tous aux aliments adéquats, dont les produits de la pêche et de l’aquaculture. C’est donc dans cette lignée que l’Algérie s’apprête à mettre à disposition des consommateurs du thon rouge au juste prix. 

C’est ce qui ressort de la dernière déclaration du ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi. Celle qu’il a tenue, jeudi dernier, au cours d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales. 

Une intervention qui laisse ainsi à penser que les coûts de la susdite denrée connaîtront une importante baisse dès 2023. « Le quota de pêche de thon rouge réservé à l’Algérie passera de 1.650 à 2.023 tonnes pour la campagne de l’année à venir ». C’est en effet ce qu’a déclaré le membre du gouvernement. 

Il a expliqué, dans le même volet, que la décision en question a été prise lors de la dernière réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique « ICCAT ». Elle a été organisée en terres portugaises au cours du mois écoulé, a-t-il en outre rappelé. Nous vous en disons plus dans la suite de notre édition du dimanche 11 décembre 2022. 

Marché du poisson en Algérie : Salaouatchi évoque la flambée des prix 

La hausse du volume de pêche du thon rouge, accordé aux navires algériens, entraînera donc systématiquement des prix raisonnables, vitaux pour le consommateur. À cet effet, le responsable précité a souligné que son secteur œuvre actuellement à la mise en place d’un nouveau mécanisme tactique.

Ce dernier vise alors à réguler le marché du poisson et à lever le monopole sur plusieurs articles. Le tout, fait-il savoir, en créant des coopératives et en renforçant le rôle des chambres de la pêche. Hicham Sofiane Salaouatchi a évoqué, dans ce sillage, l’initiative récemment lancée à Alger.

Celle qui avait donné lieu à des ventes de la dorade royale et du tilapia rouge respectivement à 990 et 550 dinars. « Ça permettra aux citoyens de se les procurer à des coûts abordables », a encore assuré le premier chargé du MPPH. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes