AccueilActualitéAlgérieAlgérie : des policiers sous les verrous pour le décès d’un jeune...

Algérie : des policiers sous les verrous pour le décès d’un jeune dans un commissariat oranais

Justice – Ce dimanche au soir a été prononcé le verdict pour les cinq (5) policiers mis en cause dans l’affaire liée au décès d’un jeune homme, il y a deux ans, au sein du commissariat oranais de Maraval, au nord-ouest de l’Algérie. Nous vous en disons plus dans les lignes qui suivent. 

Le drame remonte au mois de novembre 2020. La victime, Bilal Khaloufi, s’était rendue au siège de la 15e sûreté urbaine d’Oran pour signaler sa querelle avec un collègue qui était placé sous surveillance médicale au CHU. Mais les choses avaient rapidement pris une tournure dramatique. C’était lorsque les services policiers du susdit commissariat oranais, en Algérie, avaient annoncé le décès du jeune homme. 

Un suicide intrigant qui avait alors ébranlé le territoire algérien et donné lieu à l’ouverture d’une enquête. Menée par les éléments de la police judiciaire de la capitale de l’ouest algérien, elle avait révélé l’implication de cinq (5) agents policiers, relevant du commissariat en question, dans l’acte de suicide de Bilal Khaloufi.

Il a fallu attendre quelques semaines avant de voir ces derniers déférer devant un juge d’instruction, au niveau du tribunal d’Arzew. Plusieurs chefs d’accusation avaient ainsi été retenus contre les mêmes employés. À savoir faux et usage de faux dans des documents officiels. 

Cela en y établissant des modifications de manière à dissimuler leur sens une fois avoir été achevés. Nous vous dévoilons plus de détails sur ce sujet dans la suite de notre édition du lundi 17 octobre 2022. Ça se passe juste ci-dessous. 

Affaire de la mort de Bilal Khaloufi : de lourdes peines pour les mis en cause 

Les mis en cause avaient été poursuivis pour autres crimes. Soit la détention arbitraire en dehors du cadre prévu par la loi. En plus de ceux liés à l’occultation du crime. Cela notamment en enlevant des pièces de leur lieu dans le but d’entraver le investigations de la justice. 

Ils comparaissaient, hier, notamment pour non-professionnalisme entraînant le décès de Bilal Khaloufi et élucidation de la responsabilité civile ainsi que pénale en changeant d’endroits. Le dossier a donc pris fin, ce dimanche, à l’énoncé du verdict. Les juges de la chambre criminelle ont en effet rendu leur décision. Les cinq (5) policiers ont été reconnus coupables dans l’affaire de la mort du jeune homme. 

Trois d’entre eux ont écopé de douze (12) ans de prison ferme et une amende de 200.000 dinars. Les deux autres ont été condamnés à cinq (5) ans d’emprisonnement et 50 milles DA d’amende. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone El Khabar.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes